Rage Against The Machine

Live At The Grand Olympic Auditorium

Live At The Grand Olympic Auditorium

 Label :     Epic 
 Sortie :    lundi 24 novembre 2003 
 Format :  Live / CD  Vinyle   

Fin 2000, après dix années de bons et loyaux services et trois albums qui auront redéfinis pas mal de règles dans le rock et l'industrie musicale, Rage Against The Machine décide de splitter. Le groupe pense avoir fait le tour de la question et veut éviter de tomber dans un train-train comme moult autres combos et, au vu de leurs messages, il serait malvenu de continuer par appât du gain. De plus, musicalement l'entente faibli; Zach De La Rocha veut revenir à son style de prédilection, le hip-hop, et les musiciens veulent également passer à autre chose (avec le recul, ils auraient d'ailleurs mieux fait d'aller vendre des gaufres).

Live At The Grand Olympic Auditorium fait donc office de testament du groupe. Encore plus énergique sur scène que sur album, Tom Morrello et sa bande auront épuisé et mis à genoux des hordes de fans pendant leurs quelques années d'existence. Peu de groupes de cette taille peuvent en effet se vanter de donner des concerts si intenses dans des salles énormes (le groupe ayant explosé avant la sortie de leur premier disque, il n'a que très peu fréquenté les petites salles). Tellement intenses d'ailleurs que leurs shows cassaient les règles d'un concert de rock : impossible de rester à regarder le groupe sans bouger, tout le public pogotait de la scène au fond de la salle !
Difficile dans ces conditions de sortir un disque live permettant de rendre compte de l'ampleur du phénomène. On y perd en général énormément au passage sur galette mais pour Rage Against The Machine c'est encore plus flagrant. Tant pis, on se contentera de ce disque qui contient une compilation des deux derniers concerts du groupe donnés chez eux à Los Angeles les 12 et 13 septembre 2000 au Grand Olympic Auditorium.

Malgré cette perte flagrante mais inévitable, Live At The Grand Olympic Auditorium reste tout de même un excellent disque live. Le son est tonitruant : la batterie est ample, la basse est grasse et saturée à souhait, les joutes guitaristiques de Tom Morrello ressortent très bien... Le mix est également parfait, aucun accent n'est mis, tout le monde est logé à la même enseigne. Le set est lui des plus classiques et ferait d'ailleurs office de best-of bateau. Et c'est un peu le gros point noir du disque, le groupe aurait pu s'aventurer à jouer autre chose que ses titres clipés dont MTV et consorts nous ont rabattu les oreilles. En effet, la qualité est homogène dans leur discographie et peu de morceaux accusent un manque d'inspiration mais ce sont toujours les mêmes titres qui sont joués. Encore pire, l'aveuglement du public et des médias aura mis au pilori le meilleur album de punk des années 1990 : Evil Empire. On ne retrouve donc ici que les deux ‘hits' de l'album : "Bulls On Parade" (qui démarre d'ailleurs de manière époustouflante les hostilités) et "People Of The Sun". Dommage pour les autres morceaux de cette galette cruellement incomprise...
Rage Against The Machine enchaîne donc ses brûlots les uns derrières les autres sans laisser souffler le public. Aucun problème à ce niveau là, le groupe savait parfaitement dégager une quantité d'énergie assez grisante. En plus des titres de ses albums studios, deux reprises sont ici présentes et, là encore, on regrette un peu les choix effectués. "I'm Housin'" ne pose pas de problème, mais quand on connait l'excellente compilation Renegades, on aurait vraiment préféré entendre "Renegades Of Funk" d'Afrika Bambaataa ou "How Could I Just Kill A Man" de Cypress Hill à la place de "Kick Out The Jams" que des myriades de groupes ont déjà joué. Dommage...

Bon, c'est un peu faire la fine bouche que de déprécier ce bon live à cause d'un set trop plat et rébarbatif mais quand on sait qu'il n'est sortit qu'en 2003, on se demande par là-dessus si le groupe a vraiment eu son mot à dire dans l'histoire. Ceci expliquerait d'ailleurs ce manque d'effort et l'aspect complètement commercial du geste. Pour ceux qui aimerait se rendre compte de la puissance que dégageait Rage Against The Machine sur scène, il vaut mieux se pencher du côté des quelques DVDs sortis depuis le split. L'intention marchande est surement la même mais l'impact est plus percutant.


Pas mal   13/20
par Abe-sapien


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
267 invités et 1 membre :
François Corda
Au hasard Balthazar
Sondages
Les concours sur XSilence, vous en pensez quoi?