XTC

Oranges And Lemons

Oranges And Lemons

 Label :     Geffen 
 Sortie :    lundi 27 février 1989 
 Format :  Album / CD   

M. Partridge, je viens de lire une vieille interview de vous et je suis atterré. Je me doutais bien que le monde n'avait pas changé et qu'il était toujours à ce point aveugle qu'il ne puisse distinguer les génies des têtards moisis.
Mais j'étais loin de vous imaginer, vous l'auteur du "Mayor Of Simpleton" ou "The Loving", à moitié sourd, fauché et méprisé dans votre pays, à l'heure où des Pete Doherty, des Liam Gallagher roulent en Rolls Royce et s'étalent, complaisamment défoncés, sur les murs de la première chambre de nymphette venue... Vous avez composé selon moi, avec Oranges And Lemons, l'un des plus beaux albums de tous les temps, un album qui, si j'avais été Dieu, vous aurait légitimé le droit de squatter à vie (ou à mort) au paradis des songwriters ("The Garden Of Earthly Delights" ?) en compagnie des Nick Drake, des Tim Buckley, des Martin Philipps, ces grévistes de la vie, qui passent ou ont passé la leur à tenter d'écrire la partition des beautés éternelles.
Certains, vous le savez, comme Brian Wilson ou Syd Barrett, sont devenus fous à force de se cogner la tête contre les murs de la raison. Ils se sont enfermés dans la prison de la beauté et ont avalé la clé pour ne plus rien avoir à faire avec le monde des vivants. Mais vous ne méritez pas un tel destin, vous qui avez su mettre sur un disque l'équivalent de ce que des mots comme 'enfance', 'amour', 'beauté' peuvent signifier pour certains malades comme nous. Vous êtes le clown le plus indispensable de notre époque. Mais 'The world won't listen' (The Smiths), parce que le monde est, lui, bel et bien sourd.


Exceptionnel ! !   19/20
par DjHector


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
156 invités et 1 membre :
El rodeo
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?