Butthole Surfers

Electriclarryland

Electriclarryland

 Label :     Capitol 
 Sortie :    mardi 14 mai 1996 
 Format :  Album / CD   

Fondé au Texas en 1982, Butthole Surfers incorpore à ses débuts des éléments de hardcore, de psychédélisme et des performances artistiques dans leurs musiques.

Plus facile d'accès, Electriclarryland est un album expérimental qui mélange plein de style : punk avec "Birds", country avec "TV Star", hard rock avec "The Lord Is A Monkey" et même un long morceau instrumental recouvert de discussions en français.

Butthole Surfers se renouvelle à chaque morceaux sur cet album qui a connu un succès critique à sa sortie malgré la pochette qui est assez repoussante.
Cet album, avec ses morceaux rentre dedans, est idéal pour vous refiler du tonus.

A écouter en premier, le tube "Pepper".


Bon   15/20
par White_angel_22


 Moyenne 15.50/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 20 décembre 2007 à 23 h 10

Il aura fallu 15 ans aux Butthole Surfers pour accéder à la célébrité avec le morceau "Pepper"... Un morceau plus hip hop que rock pour ce groupe hors norme et grand bricoleur de studio. On sent là que Beck et son "looser baybe so why don't you kill me" n'étaient pas loin...
"Pepper" est une bonne chanson mais n'est vraiment pas la meilleure de cet album très divers et travaillé. Il y a déjà l'immense "Cough Syrup", un titre qui commence par le riff le plus basique de l'histoire du rock et qui se termine dans une envolée de violons et de guitares enflammées ! Au chapitre des grands tubes on trouve aussi "Jingle Of A Dog's Sollar" un morceau étrange et dissonant mais terriblement accrocheur. "Ah Ha" est dans la tradition des morceaux punk grunge qui ont fait la gloire de leur album précédent !
Au chapitre des expérimentations il y a sur cet album un de leur collage musical le plus réussi : "Let's Talk About Cars" avec un dialogue entre deux voix très sexy, en français, à propos de voitures, d'Andy Warhol et des profiteroles au chocolat... le tout est servi sur un instrumental génial et sur des interventions mystiques de Gibby Haynes ("Goodbye gazoline... Goodbye merry christmas... Goodbye paranoïa...")
Le reste de l'album est moins réussi, mais il n'y a que peu de ratages et de bons morceaux punk ("Birds"), folk ("TV Star") ou totalement destructuré ("My Brother's Wife")
"Electric Larryland" n'est donc pas le meilleur album des texans mais il est tout de même très bon et peut être plus accessible que leurs légendaires albums des années 80...
Très bon   16/20







Recherche avancée
En ligne
197 invités et 1 membre :
NicoTag
Au hasard Balthazar
Sondages
Combien dépensez vous par mois pour vos disques