Godflesh

Selfless

Selfless

 Label :     Earache 
 Sortie :    septembre 1994 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

Que faire après Pure ? Un album aussi complet et abouti aurait pu sonner la fin d'un Godflesh, Mais Justin Broadrick trouve encore quelque chose de pertinent à raconter. On sort du carcan death metal, on se rend compte que le début des années 1990 étaient bien grunge...

Cet album, malgré un son toujours aussi pachydermique, est beaucoup plus minimaliste, et oscille entre riffs sculptés à la hache, et tendance très atmosphérique. Le minimalisme est tout de même de mise: les samples sont maintenant discrets, et terriblement plus insidieux par la même occasion (quelques notes de piano et de synthés, de cloches, des nappes, égrénées de manière erratique).
"Xnoybis" et "Bigot" cassent tout en éclaireurs, puis vient "Black Boned Angel"... toutefois changement: l'ambiance est beaucoup moins folle mais gagne en noirceur et en angoisse.

Cet album erre donc entre violence aveugle et vague à l'âme, jusqu'aux deux derniers morceaux: deux splendeurs atmosphériques (dont un "Go Spread Your Wings" de 23 minutes soufflé par Die Einstürzende Neubauten), vitrioliques, la rage se distille entre les dents et devient glacante. On abouti donc à un quasi-chef-d'oeuvre.


Parfait   17/20
par Lolive


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
100 invités et 1 membre :
EmixaM
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?