Spiritualized

Let It Come Down

Let It Come Down

 Label :     Arista 
 Sortie :    mardi 25 septembre 2001 
 Format :  Album / CD   

Nous sommes en 2001. Jason Pierce, le spationaute extasy-é revient de sa propre odyssée dans l‘espace ("Ladies And Gentlemen We Are Floating In Space", le précédent album). Quatre ans d'orbite n'ont pas arrangé la déprime mégalomaniaque du bonhomme, qui s'apprête à noyer son chagrin dans les arrangement de cordes, de cuivres déchainés et de chœurs ouverts ...

Le revoilà donc le petit hérisson chimique, et il s'empresse de se jeter dans nos bras, toutes seringues dehors, pour pleurer sa douleur et sa rage. Mais tout commence cependant par la joie des retrouvailles.
Il chante son bonheur d'être à nouveau là, braillant comme un hooligan sur un gospel électrique et flamboyant, à l'orchestration gargantuesque et au punch communicatif ("On Fire") . S'ensuit le récit enjoué de ses aventures passées, sur une pop ensoleillée et pastorale ("Do It All Over Again") . Mais au cours de la conversation, le spleen reprend le dessus, le blues arrive et notre bonhomme prend la forme d'un Soul-pleureur. Il se confesse, larmoyant, sur des ballades enrobées de nombreuses strates de cordes, et pourrait même arracher une larme au plus trempé des aciers ("Don‘t Just Do Something" et surtout "Out Of Sight"), tant sa science de l'envolée lyrique, alliée aux moyens qu'il s'est donné (presque un orchestre tout entier) fait mouche ici.
Dans ses sanglots pointe la rage, et c'est au titre suivant qu'elle explosera, dans "The Twelve Steps", un rock'n'roll basique entrecoupé de ruptures plus calmes, et boosté par la multitude d'instruments présents dans les studios. Jusque là, le bonhomme a enchaîné les titres parfaits, et il faut bien qu'il se repose. Il s'assoupit donc un moment sur "The Straight And The Narrow", nous berçant par cette ballade nonchalante, avant de se réveiller au petit matin sur le magnifique "I Didn't Mean To Hurt You", titre lancinant et épique à la fois, ou la désinvolture de Jason est contrebalancée par les arrangements luxueux et la rythmique plombée. Il est temps de se reprendre un peu, de sécher ses larmes, de lever les yeux au ciel et de clamer en gospels sa joie d'être en vie ("Stop Your Crying" et surtout le monumental "Won‘t Get To Heaven (The State I‘m In)", d'une dizaine de minutes ).
Calmé, lavé, il se rendort au chaud, ("Anything More"), et repart pour des rêves sucrés ("Lord Can You Here Me ?").

Bref, voici l'album déchirant d'un petit prince mégalomane perdu dans ses rêves que l'on souhaiterait recueillir et consoler. Une œuvre qui montre que l'abondance de moyens et le mélange des genres ne mènent pas toujours le rock à l'indigestion, et peut au contraire l'envoyer dans d'autres sphères toucher la grâce.
La preuve enfin que Jason Pierce en a bien fini avec le minimalisme de Spacemen 3, et qu'il réussit tout aussi bien dans l'excès.


Excellent !   18/20
par Lupus


 Moyenne 18.50/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 11 octobre 2005 à 13 h 22

"Let It Come Down" est le disque de pop moderne parfait, et fait de Jason Pierce un compositeur hors normes.

Le pari était osé : mélanger le rock le plus abrasif, la pop la plus délicate, le blues et le gospel dans des chansons aux constructions et orchestrations assez compliquées. Normalement, ce type de projet aboutit à une énième pièce montée indigeste, inaudible, qui s'écroule dès la première écoute.
Mais la réussite des titres de "Let It Come Down" est totale : des très rock 'On Fire' et 'Twelve Steps', aux pop songs lumineuses de 'Do It All Over Again' ou 'Don't Just Do Something', en passant par les expérimentations orchestrales d' 'I didn't Mean to Hurt You', ou le gospel sublime de 'Lord Can You Hear Me'.
C'est un bonheur assez rare de se trouver face à un disque qui résume toute la grandeur mélodique de la musique de la fin des années 60 / fin 70, et la puissance du rock des années 90 / début 2000.

Ce disque est véritable un monument à la hauteur du "OK Computer" de Radiohead ou de certaines pépites du label Constellation.
Dommage que ce disque si ambitieux et réussi, ait été trop négligé lors de sa sortie.
Exceptionnel ! !   19/20







Recherche avancée
En ligne
192 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Combien dépensez vous par mois pour vos disques