Nekromantix

Dead Girls Don't Cry

Dead Girls Don't Cry

 Label :     Hellcat 
 Sortie :    mardi 27 avril 2004 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

GO PSYCHO !!!

Après une lugubre introduction tout à faite exquise, "The Black Wedding", qui refermera aussi le disque par plusieurs minutes de processions vocales, les romantiques mortels et morbides reviennent à la charge -la batterie, la batterie !!- avec cette ode aux rock stars cupides qui feraient même plier Satan par le pognon et les escroqueries: "Backstagepass To Hell". On comprend dès à présent que le grand plus de cet album est l'humour totalement survolté et d'une noirceur virant le plus souvent à l'absurde que sait parfaitement maîtriser ce trio aux bananes péroxydées.
Mais on arrive très vite à "Moonchaser" qui nécessite de mettre au courant tout de suite les plus jeunes initiés à la nécromancie: par sa formation, ses influences et son style, Nekromantix est un bel et bien un groupe de psychobilly. Seulement, la richesse majeure du psychobilly est de ne pas avoir de formes arrêtées, des groupes très différents et à la personnalité très affirmée: en effet, alors que Asmodeus préfère un psychobilly plutôt hardcore/punk oï, Tiger Army un psychobilly trouvant sa source majeure dans le punk rock californien surfer et stoner, les Danois de Nekromantix optent eux pour un psychobilly très rock et très tendu, évoquant par exemple avec ce "Moonchaser", une formation presque classique de rock, avec ce léger supplément tripant qu'est la contrebasse et l'aspect lyrique bien plus développé chez les Nekromantix que dans les autres groupes psycho. Une chanson qui ne peut que ravir les amateurs de rock indé que sont les x-silencieux.
Si on oublie le prise de tête qu'est "Ghoulina" aussi affreuse que le laissait présager le titre, on ne peut que s'extasier sur la puissance punk d'un "Struck By A Wreckin' Ball", ode à tous les buveurs de bières, ou encore sur le génial -de loin mon préféré- "What's On Your Neighbor's BBQ ?" saturé et d'une excellence qui n'a d'égale que la saveur de ses paroles...miam ! A voir aussi la guitare décrassée dans le "World of Dust".
On revient à une expression majeure dans le psychobilly: la démence elvisienne qui prend tout son sens dans les intonations que prend Peter Sandorff sur "Where Do Monsters Go ?" ou sur le très inspiré "A Stone With Your/My Name" où il est raconté cette histoire qui nous est tous un jour arrivé: celle de la recherche rocambolesque d'une tombe d'un proche défunt que l'on n'arrive jamais à trouver pour finalement tomber sur la notre un peu en avance...
On oubliera pas non plus les plus sensibles et aboutis "Moonchaser" et "Dead Moon Walkin'" qui peuvent sans conteste plaire à tout un chacun, sans même être particulièrement épris de psychobilly -ce qui reste un tort-; même chose pour le morceau éponyme "Dead Girls Don't Cry", d'une perversité konsstruckienne si prodigieusement réussie qu'on se plaît à susurrer ces plaies verbales à l'oreille de celle qu'on aime! Pour retrouver des titres plus bercés punk, les traumatisants "I'm A Shockstar" au refrain explicite ("No matter what you say") et les choeurs débiles de "Dead By Dawn" peuvent faire l'affaire par temps de colère...
Ma platine adore.


Très bon   16/20
par Serket


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
284 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
À quoi te fait penser le design actuel du site?