Nekromantix

Hellbound

Hellbound

 Label :     Tombstone 
 Sortie :    1989 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

A l'heure où la première vague psychobilly anglaise du début des années 1980 retombe, du sang neuf arrive d'un peu partout en Europe. Loin de rester cloitrés dans les limites imposées par l'héritage rockabilly, ces nouveaux groupes gorgent le style d'ingrédients nouveaux. Son puissant, rapidité extrême, riffs punks...

Au Danemark, le fer de lance de cette nouvelle vague se nomme Nekromantix, composé du chanteur contrebassiste Kim Nekroman et des frangins Sandorf à la guitare et à la batterie. Hellbound, leur premier album, fait l'effet d'un coup d'accélérateur fulgurant dans ce milieu. La dextérité ahurissante du groupe pour composer des morceaux d'une vitesse décoiffante le place d'entrée en tête de file de ce renouveau. L'inspiration macabre du style est toujours là: mélodies lugubres, voix possédée gorgée d'écho, le tout asséné à la sauce rock'n'roll fifties. Certains morceaux plus lents s'avèrent même incroyablement dansants et communicatifs ("Brain Error", "Nekromantic Baby"). Le reste file à 400 à l'heure. Impossible de sortir quelques morceaux représentatifs, tous sont très travaillés, intéressants et plus rock'n'roll les uns que les autres.

Seule la production cheap au possible entâche un peu Hellbound. Mais ça fait partie du charme du psychobilly. Mouvement plus underground qu'underground. Cette faiblesse du son donne même une patine supplémentaire à l'ambiance glauque de l'ensemble. A écouter en vinyl pour encore plus de sensations...

Comme la plupart des groupes psychos, les thèmes abordés par les paroles sont grosso modo inspirés des séries B et de la culture underground fifties ("Down In The Swamp", "Spiders Attacking Manhattan") en lorgnant parfois vers le punk ("Ride Danny Ride"). Il faut bien comprendre l'authenticité indéniable et le second degré de mise dans ce mouvement pour bien en apprécier l'aspect. Kim Nekroman joue même sur une contrebasse qu'il a fabriqué lui-même en forme de cercueil. Fun et kitchissime à souhait...

Cet album et des concerts exceptionnels et incroyablement puissants projetèrent directement Nekromantix au top de cette scène très fermée mais malgré tout plus rock'n'roll et humble que n'importe qu'elle autre.


Bon   15/20
par Abe-sapien


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
80 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Si tu ne pouvais en ressusciter qu'un ?


The Minutemen
Nirvana
Elliott Smith
Morphine
The Ramones
Joey Ramone
Jeff Buckley
Vic Chesnutt
Jay Reatard