Oiseaux-Tempête

From Somewhere Invisible

From Somewhere Invisible

 Label :     Sub Rosa 
 Sortie :    vendredi 18 octobre 2019 
 Format :  Album / CD  Vinyle  Numérique   

Ceci est le cinquième album de Oiseaux-Tempête que je chronique. Pour moi ça fait un fameux bail, je suis plutôt du genre infidèle avec la musique. Je passe d'un style à l'autre, m'attachant rarement à un artiste ou groupe sur plus de deux albums. Les exceptions à cette règle sont très rares dans ma discothèque. Je me lasse vite voilà tout.
Oiseaux-Tempête fait donc partie des groupes qui ne sont pas prêts de me provoquer le moindre signe d'ennui.
Bon je l'ai déjà dit, ils sont toujours inventif sans jamais se trahir, pas de concessions (je l'ai déjà dit aussi).
Que dire alors?
Tout d'abord que cet album est fort différent des précédents : là où ils aimaient prendre le temps de s'installer, de nous faire profiter et puis de s'en aller doucement ; ici le groupe va droit au but. Le premier titre va au charbon d'emblée, dans un style presque doom tellement il est lourd et écrasant. G.W. Sok est toujours bien là, moins comme une guest star, plus comme un membre du groupe bien établit. C'est aussi un peu la marque de fabrique de Oiseaux-Tempête: être un assemblage d'individualités, qui vont et viennent au fil des albums, et prenant plus ou moins d'importance selon l'humeur ou les circonstances, mais formant bien un groupe de l'instant.
L'album est plus ramassé que ses prédécesseurs, plus court, plus dense et plus immédiat. Je le conseillerais même, pourquoi pas, comme porte d'entrée dans l'univers du groupe, tellement il semble être un condensé de ce que propose Oiseaux-Tempête en format plus étiré habituellement. Loin d'être un défaut, cela le rend plus abordable et le fait que G.W. Sok soit très présent participe à l'impression d'immédiateté: sa voix pose des balises dans cette musique très imagée et foisonnante. Cet album ressemble un peu à un album de poche à emmener en voyage.
Pour parler un peu musique, je dirais que sur cet album, le groupe mêle toujours avec soin des influences orientales, du (post/free ou ce que vous voulez) rock et des ambiances maritimes qui font l'identité du groupe. Le titre "The Naming of the Crow" en est le plus représentatif.
Je m'y vois, seule sur une plage en hiver, les embruns salés et le vent froid dans le visage. La Mer du Nord dans le cœur et la Méditerranée dans les oreilles.



P.S. J'espère ne pas être à coté de la plaque en considérant cet album et le live précédemment sorti, comme une transition vers ce qui viendra plus tard. J'ai déjà hâte


Parfait   17/20
par Happy friday


  En écoute :
https://oiseaux-tempete.bandcamp.com/album/from-somewhere-invisible


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
116 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Parmis ces biopics musicaux, lequel préferez vous ?