Iron & Wine

Weed Garden

Weed Garden

 Label :     Black Cricket Recording Company ; Sub Pop 
 Sortie :    vendredi 31 août 2018 
 Format :  Mini Album / CD  Vinyle  Numérique   

Alors en tournée pour promouvoir sa dernière livraison en date, le superbe Beast Epic paru en août 2017, Sam Beam, évidemment toujours sous son alias Iron & Wine, a trouvé le temps, alors qu'il se trouvait à Chicago en janvier 2018, d'investir le studio The Loft (où le groupe Wilco a ses habitudes) et d'y enregistrer les six morceaux qui composent Weed Garden, son nouvel EP particulièrement plaisant. Ces morceaux remontent aux sessions de Beast Epic, mais n'étaient alors pas suffisamment aboutis dans leur écriture pour y figurer. Ne voulant pas pour autant les laisser de côté, Beam fit appel aux mêmes musiciens et à la même équipe technique pour mettre ces titres sur bande, dans un souci de cohérence et de logique. Les titres ont donc le même délicat habillage acoustique, naturel et relaxé que leurs prédécesseurs. Et c'est tout à fait justifié lorsqu'on les écoute. On retrouve en effet les sensations, la sensibilité, la douceur, la sérénité qui avaient fait la réussite et le charme profond de Beast Epic.

"What Hurts Worse" se distingue par sa progression soignée et ses chœurs aériens. "Waves Of Galveston", uniquement jouée en live jusqu'ici et qui trouve donc enfin son chemin sur une sortie officielle, est typique du corpus musical du barbe barbu et se fond sans mal dans l'ensemble proposé ici. "Last Of Your Rock 'n' Roll Heroes", piano et violon à l'appui, est la composition la plus vive des six et se retient aisément. "Milkweed" fait écho à "Last Night" (présente sur Beast Epic) par son minimalisme et son utilisation des voix et des cordes (violoncelle, violon), qui lui confèrent une atmosphère particulière, introspective et suspendue. "Autumn Town Leaves" et "Talking To Fog", les deux derniers morceaux, sont quant à eux de belles ballades reposantes et calmes. La première reflète idéalement son titre par son humeur automnale et la seconde, après un démarrage en douceur, voit son intensité finement se décupler sur la fin grâce au chant habité de Mr. Beam.

Du très bel ouvrage une fois de plus, faisant au final de Weed Garden un parfait et délectable prolongement de Beast Epic. Bien que cet EP ne contienne pas de morceaux aussi forts que "Call It Dreaming" ou "About A Bruise", il est à savourer comme il se doit et rejoint, dans un format similaire, les tout aussi recommandables The Sea and the Rhythm, Woman King et In the Reins dans la splendide collection d'Iron & Wine.


Parfait   17/20
par Poukram


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
309 invités et 4 membres
Toitouvrant
Jekyll
Hpl
Fenouil
Au hasard Balthazar
Sondages
Les Pochettes de disques, elles vous font quel effet ?