Fly Pan Am

Hamburg - Allemagne [Molotow] - jeudi 04 novembre 2004

Petite salle sur Repperbahn, le (ou plutot der ) Molotow. Tenu au courant la veille que Fly Pan Am y jouait je me décide finalement vers 18h 30 d'y aller. Je ne connaissais quasiment pas, (juste l'album Ceux Qui Inventent N'Ont Jamais Vécu, entendu une paire de fois...)et j'ai bien fait, j'ai vraiment bien fait.

Parlons de la premiere partie, groupe local, PLOKK, pratiquant un rock quasi-instrumental, entre Tortoise (pour le groove) et Don Cab (pour leur technicité simplement ahurissante). Set dur, compact, très intense, véritable moment de bravoure tout à fait digne d'intérêt. Le trio explose les structures rythmiques et mélodiques pour mieux explorer de nouvelles contrées... Un seul petit défaut, ça frise le déballage technique (regarde comme je suis un bon technicien !!!) par moment: exemple "Eppendorf" (nom de l'un de leur morceau, et d'un quartier de Hambourg, mais ça on s'en fout) et son intro de deux minutes en tapping joué à 400 Km/h par le guitariste tandis que bassiste "s'éclate" sur des harmoniques artificielles, pour un résultat somme toute assez maladroit, vu la suite incroyable du morceau.


Un petit quart d'heure plus tard débarque Fly Pan Am. Et là toute la salle est immédiatement submergée dans un magma sonore et psychédélique soutenu par une section rythmique martial, et terriblement groovy, un régal tant pour les spectateurs que pour les membres du groupe, étant les regards échangés entre le bassiste et le batteur notamment. Fly Pan Am, le Can du XXIème siècle ? Comparaison qui n'est pas d'une subtilité bizantine (d'aucun dirait comme toute comparaison...) mais non dépourvue de sens. L'intelligence des expérimentations couplée à une énergie frénétique rendent chaque morceau absolument imparable, et les deux guitaristes semblent à la limite de la transe, qui est insidieusement communicative. Leur musique prend une dimension organique qui rend le son presque palpable, et la rythmique entêtante, fait taper du pied et hocher la tête à n'importe qui... Déjà le premier rappel ??? Enorme rappel, saisissant, et l'hypnose de la musique joue pleinement. Le deuxième rappel est une improvisation d'une dizaine de minutes, rappelant le primitivisme des premiers albums de Sonic Youth.

En quelques mots, un très grand concert, joué par un groupe de très haute volée... Un pur régal, malheureusement légèrement assombrie par une chaleur difficilement supportable, et une sonorisation laissant parfois à désirer, ce qui toutefois ne retire rien à la puissance de l'experience que j'ai vécue.


Parfait   17/20
par Lolive


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
239 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Tu as le droit d'effectuer un seul voyage spatio-temporel, où est-ce que tu vas ?