Encre

Rouen [Emporium Galorium] - mardi 04 mai 2004

Imaginez un peu: un bar, pub, où je passe environ deux de mes soirées par semaine.
Imaginez: une cave, petite, enfumée. Des gens qui transpirent, collés les uns aux autres, qui tentent parfois de trouver un coin où s'asseoir au milieu des flaques de bière.
Imaginez: Encre, sur une scène haute d'une vingtaine de centimètres, qui joue à moins de six pas de vous...
Mais vous ne pouvez pas imaginer si vous ne les avez pas déjà vus en concert. Quelle surprise, alors que je m'attendais plus ou moins à entendre quelque chose qui ressemblait à leur dernier album (oui on est toujours un peu surpris dans ces cas-là) !!!Tous ces petits bruits qui donnent un aspect si mélodieux aux chansons, oubliés, pour former une espèce de mur de son dans lequel on ne peut que se laisser emporter... Finie, la sensualité des paroles qui touchent droit à ce qui nous émeut tous (le son était trop pourri pour qu'on puisse comprendre quoi que ce soit), mais bienvenu le chanteur qui sait murmurer à quelques millimètres du micro, les yeux mi-clos comme s'il s'imaginait encore dans la situation qu'il décrit ! Quel dommage, la charmante violoncelliste devait chanter sur un seul morceau, mais le micro était tellement mal reglé qu'on ne distinguait même pas sa voix.
Après une mise en bouche des talentueux My Jazzy Child (composés des mêmes batteur et bassiste qu'Encre), le concert d'Encre ne pouvait pas m'épater plus. Je me demandais comment on pouvait profiter de cette musique autrement que dans son lit en rêvassant, je me demandais comment on pouvait ne pas s'ennuyer en les voyant sur scène. Il suffit de voir avec quel talent ce groupe sait booster ses mélodies.
A voir absolument.


Parfait   17/20
par Limace baveuse


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
214 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
On vient de te dire que le morceau que tu as encensé est l'œuvre du groupe que tu conchies le plus