The Last Embrace

Paris [La Loge] - samedi 22 février 2014

Ce soir, à La Loge, The Last Embrace ouvre en acoustique pour la Release Party du nouvel E.P. de G.Nova, trio de Pop Folk Onirique. Je ne connais ni la salle ni G.Nova et je sais encore moins ce qu'est une Release Party. Pour moi, ce n'est ni plus ni moins qu'une écoute communautaire d'un nouveau disque, en déambulant un verre à la main devant le merchandising. Ce ne fut heureusement pas le cas.
De toute façon, ce qui m'intéresse avant tout ce soir c'est d'assister au dernier concert acoustique programmé de The Last Embrace pour promouvoir Essentia, avec une formation réduite au minimum syndical : Olivier (guitare) et Sandy (chant). Coco, le claviériste, ainsi que la section rythmique étant absents ce soir, ils ne participeront donc malheureusement pas à l'entretien programmé juste après le concert (et qui paraîtra ici même sitôt que j'en aurai terminé la transcription). À tout hasard, j'ai tout de même jeté une oreille sur G.Nova avant d'y aller : cela me fait penser à un mélange étrange entre Dark Sanctuary et L'Ensemble Sakura, en plus rythmé, ce qui n'est pas pour me déplaire. La soirée s'annonce donc calme et reposante.
Histoire de décrire brièvement les lieux, La Loge peut accueillir une quarantaine de personnes sur des gradins, face à une scène de plain-pied sobrement éclairée. On parle souvent de concerts à l'ambiance intimiste, le terme pour une fois n'est pas galvaudé. On sent que le public, très attentif, est là pour écouter de la musique, cela peut sembler con mais ce n'est pas toujours le cas.
À 20h, The Last Embrace entre donc en scène pour interpréter sept titres : quatre compositions issues de Essentia ("Switch On" ; "Inside" ; "Mother" ; "Aerial"), un titre du prochain album ("Superstitions") et deux reprises ("Obstacles" de Syd Matters ; "Roads" de Portishead). Dès "Switch On", joué en ouverture, je me rends compte du gros travail effectué par Olivier à la guitare : il accumule les loops, enrichissant les titres de deux voire trois couches de guitares superposées et, en conjuguant cela avec de nombreux effets, permet d'éviter le piège d'un trop grand minimalisme musical inhérent à un duo. Dans ce registre acoustique, le chant de Sandy est également parfait, à la fois calme, posé et gracieux. La technique vocale ne prend jamais le pas sur l'émotion et il se dégage de chaque chanson une pureté, une fraîcheur apaisante. Les amateurs de belle musique ne s'y trompent d'ailleurs pas, beaucoup se procurant Essentia à la fin de la soirée. En une quarantaine de minutes, The Last Embrace m'a transporté dans un univers de douceur et de sensualité et même si j'ai hâte de pouvoir assister aux versions électriques avec la formation au complet, Olivier et Sandy, dont la complicité est évidente, ont proposé une très belle prestation, pleine de charme.
G.Nova prend la relève : en costume traditionnel japonais, le trio (percussions, guitare électrique, shamisen, violon, chant) a un univers musical très personnel, à la fois sombre ("Genbaku") et zen ("Misen"). J'ai notamment beaucoup apprécié la prestation du guitariste dont le jeu très personnel contribue pour beaucoup à la spécificité du groupe. Difficile pour moi d'en dire plus car je n'ai pas assisté à l'intégralité du spectacle mais l'écoute de l'E.P. Misen est plus que conseillée.
Un grand merci donc à The Last Embrace pour son invitation et sa disponibilité ainsi qu'à La Loge pour son accueil chaleureux : un lieu à connaître, doté en plus d'une salle à l'acoustique excellente.


Très bon   16/20
par Arno Vice


  Setlist de The Last Embrace :
-Switch On
-Inside
-Mother
-Obstacles (Syd Matters Cover)
-Superstitions
-Aerial
-Roads (Portishead Cover)


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
339 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Finalement, au vu des projets nés après leur désunion, vous êtes très content qu'ils aient splité:


At The Drive-In
Atari Teenage Riot
Big Black
Black Flag
Diabologum
Faith No More
Fu Manchu
The God Machine
The Murder City Devils
Refused