Fistsoflove
    Profil      Top 50      Statistiques

 Age :  37 ans 
 Résidant à :  Paris 
 Email :  sonixity [=] hotmail.fr 
 Inscrit depuis : le vendredi 28 janvier 2005 


"la perfection chez neil young est fragile, elle naît au milieu du chaos. aucun de ses albums n'est parfaitement réussi ; mais il n'en est aucun qui ne comporte au moins une chanson magnifique. ses plus beaux disques sont sans doute ceux qui oscillent entre tristesse, solitude, rêve éveillé et bonheur paisible. on peut y imaginer son auditeur idéal, son double invisible. les chansons de neil young sont faites pour ceux qui sont souvent malheureux, solitaires, qui frôlent les portes du désespoir et qui continuent, cependant, de croire que le bonheur est possible. pour ceux qui ne sont pas toujours heureux en amour, mais qui sont toujours amoureux de nouveau. qui connaissent la tentation du cynisme, sans être capables d'y céder très longtemps. qui peuvent pleurer de rage à la mort d'un ami ("tonight's the night") et qui se demandent réellement si jésus-christ peut venir les sauver. qui continuent, en toute bonne foi, à penser qu'on peut vivre heureux sur la terre. il faut être un très grand artiste pour avoir le courage d'être sentimental, pour aller jusqu'au risque de la mièvrerie. mais cela fait tellement de bien, parfois, d'entendre un homme se plaindre humblement, d'une petite voix triste, d'avoir été abandonné par une femme : "a man needs a maid", "what did you do to my life", pour cette raison, ne risquent pas de passer. cela fait tellement de bien, aussi, de se plonger dans ces véritables hymnes à l'amour, scintillants et magiques, que neil young a produits au cours des années en collaboration avec jack nitzsche : "such a woman", et surtout l'extraordinaire "we never dance".

mais, comme schubert, neil young est peut-être encore plus bouleversant lorsqu'il tente de décrire le bonheur. "sugar mountain", "i am a child" sont si pures, si naïves qu'on en a le coeur serré. un tel bonheur n'est pas possible, pas ici, pas chez nous. il aurait fallu pouvoir conserver son enfance. quelle autre chanson, quelle autre création artistique tente comme "my boy" d'exprimer ce sentiment obscur et poignant de l'homme mûr qui s'attriste de voir son fils quitter déjà les abords de l'enfance ? "tu auras eu si peu de temps, mon fils ; nous aurons eu si peu de temps ensemble" : "i thought we had just begun" ("je croyais qu'on venait juste de commencer"). certains textes de neil young évoquent l'adolescence par la violence du sentiment amoureux ; mais cela est courant dans le Rock et ses chansons les plus originales et les plus belles sont sans doute celles où il a pu redevenir un enfant. parfois, cet homme a pu voir d'étranges choses dans le ciel, dans les ondulations de l'eau à la surface d'un étang. "after the goldrush" nous transporte directement dans un rêve ; "here we are in the years", si familière et si troublante, évoque ces après-midi scintillants des romans de clifford simak.

comment devient-on neil young ? il le raconte dans le très autobiographique "don't be denied" : l'enfance désunie, les coups à l'école, la rencontre avec stephen stills, le désir d'être une star. et, à travers tout, la volonté de tenir. ne te laisse pas démolir par le monde : "oh, friend of mine / don't be denied" ("oh, mon ami, ne te laisse pas nier"). pour qui chante-t-il ? pour lui, pour le monde entier ? beaucoup ont souvent eu la sensation qu'il chantait pour eux seuls. quand on écoute ces immenses dérives déstructurées, improbables, qui jalonnent son oeuvre ("last trip to tulsa", "twilight", "inca queen", "cortez the killer"...), c'est toujours la même image qui vient à l'esprit : un homme avance, sur un chemin difficile et rocailleux. souvent il tombe, il a les genoux en sang ; il se relève et continue à avancer. (c'est presque la même image que dans winterreise ; sauf que chez schubert il fait froid, le chemin est couvert de neige et l'homme ressent la tentation terrible de se lover dans la douceur de la mort et de la neige.) la guitare électrique traverse des paysages étranges, effrayants ou sublimes ; parfois tout se calme et le monde bat au rythme d'un balancement chaud ; parfois la violence et la terreur envahissent le monde. la voix continue, obstinée et fragile. la voix nous guide. elle vient de loin, de très loin dans l'âme ; elle ne renoncera pas. ce n'est pas une voix très virile ; elle tient un peu de la femme, du vieillard ou de l'enfant. c'est la voix d'un être humain, qui a en outre une chose naïve et importante à nous dire : le monde peut être comme il est, c'est son affaire ; ce n'est aucunement pour nous une raison de renoncer à le rendre meilleur. tel est le simple message de "lotta love" : "it's gonna take a lotta love / to change the way things are" ("il va falloir un tas d'amour / pour changer l'état des choses"). tel est celui de : "heart of gold / and i'm getting old." neil young a souvent accompagné ses auditeurs dans les souffrances et dans les doutes : lui et eux savent que le temps ne prévaudra plus contre eux. "

Yves Bigot et Michel Houellebecq

"tomorrow you may bring about the destruction of your world,
tomorrow you may sing in paradise above the smoking ruins of your world's
cities,
but tonight, i would think of one individual alone,
a man without a name or a country,
a man whom i respect because he has absolutely nothing in common with you,
the man is myself,
tonight i shall meditate upon that which i am."

Henry Miller

"I would shoot myself in the face if I didn't have some way to blow off steam. And because I don't like sports, and because I don't like disco dancing, and because I don't take drugs, and because I don't drink, and I don't beat my head into the floor, and I don't have a wife to beat, I have Big Black. "

Steve Albini


Le rock n'roll est tellement génial, des gens devraient se mettre à mourir pour lui. Vous ne comprenez pas. La musique vous a rendu la pulsation qui vous permet de rêver. Toute une génération qui marche au son d'une basse Fender. Il faut que les gens meurent pour la musique c'est tout. Des gens meurent pour n'importe quoi, alors pourquoi pas pour la musique ? Mourez pour elle. C'est pas joli ? Vous voudriez pas mourir pour quelque chose de joli ?

Lou Reed




      » Fistsoflove vous recommande :
Nick Cave And The Bad Seeds [Tender Prey]The Raveonettes [Pretty In Black]


   609 messages dans les forums  


  9 chroniques de disques

  0 chronique de concert.

    Recherche avancée
    En ligne
    71 invités et 1 membre :
    X_Plock
    Au hasard Balthazar
    Sondages
    Dans la série "C'est (devenu) trop chiant, ne me parlez plus d'eux!", vous désignez:


    The Arcade Fire
    Arctic Monkeys
    Baby Shambles
    Clap Your Hands Say Yeah !
    Dionysos
    I Am X
    Interpol
    Mogwai
    Placebo
    Radiohead