The Raveonettes

Raven In The Grave

Raven In The Grave

 Label :     Vice 
 Sortie :    lundi 04 avril 2011 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Les Raveonettes sont un peu comme les chantres des début d'une histoire d'amour, avec son angoisse inhérente : la peur de la perte, l'amour qui s'étiole avec la routine, bref ...la joie et la douleur dans un même mouvement !

Étonnant que Raven In The Grave, un des tous meilleurs albums du groupe, soit le seul à n'avoir pas encore été chroniqué sur XS, à l'heure où le non moins excellent Observator est sorti ! Alors je ne vais pas me lancer dans une chronique pointue. De toutes façons j'adore ce groupe et ne saurait-être tout à fait objectif. Ni ne saurait rendre hommage à leur grâce avec des mots forcément emprunts de gaucherie !

L'album démarre en fanfare avec les guitares au son presque humain de "Recharge And Revolt", un morceau qui ne faiblit pas une seconde. Vient ensuite, après l'action, un morceau un peu plus méditatif et perturbé, tout en restant assez énergique : "War In Heaven" (quel titre !). Romantisme, hédonisme, sens du drame : nos 2 anges sont au top de leur fougue détachée.
Comme sur la plupart de leurs albums la production est très fine (sinon sur "Lust Lust Lust", bâclée, à moins que ce ne soit mon édition cd...), sachant à merveille combiner écrasement "bruitiste", détails et un certain sens de l'espace. Un son à la fois cristallin et précis, grave et profond, un peu chaotique, parfois , souvent émouvant. Et toujours avec ces apparitions instrumentales bien senties !
Alors ce n'est pas aux fans que je l'apprendrai, The Raveonettes est bien entendu un groupe d'une grande sensibilité, sachant, comme seuls les grands y parviennent,allier intelligence musicale et spontanéité !

L'album le plus sombre de nos Ronettes gothiques et comme le laisse augurer le titre ? Peut-être... Pourtant, il n'en reste pas moins transcendé par une force remarquable ! Un album mélancolique, certes, mais une musique authentique et d'une grande classe, qui dévoile ses plaies tout en sachant rester pudique ! Et avec, comme toujours, cette petite once de mystère ! Difficile de trouver un mot ultime pour conclure, quand on aime... vraiment !


Intemporel ! ! !   20/20
par Slowdown


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
248 invités et 2 membres
François Corda
EmixaM
Au hasard Balthazar
Sondages
On vient de te dire que le morceau que tu as encensé est l'œuvre du groupe que tu conchies le plus