Scout Niblett

I Am

I Am

 Label :     Too Pure 
 Sortie :    lundi 01 septembre 2003 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Voici le deuxième album de la mystérieuse anglaise dont le titre laisse perplexe: I Am. Exécuté sur le label Too Pur (qui a accompagné PJ Harvey à ses débuts) Scout Niblett y propose un rock minimaliste, pour ne pas dire radical. Ici donc aucune fioriture, Scout Niblett nous plonge dans son univers directement, pas de détour, pas de repos, tout cela semble bel est bien irréversible... On s'attache très vite à son timbre de voix de petite morveuse excitée et torturée, son univers oscille entre radicalité terrestre et douceur chimérique, d'ailleurs le thème de l'imaginaire est très présent dans les compositions de la jeune femme (Cf. "I'll Be A Prince": "I'm not just a dream-I make things happens-not just a dreamer-I'll be a prince"). Le parallèle maintes fois evoqué avec PJ Harvey ne s'arrète pas à la musique puisque l'écriture des paroles comporte certaines similitudes de construction, c'est à dire des phrases brèves qui disent ce qu'elles ont à dire; pas d'envolées métaphoriques certes, mais une sincérité plus efficace et plus touchante.
La première partie de l'album est assez géniale, "Miss In Love With Her Own Fate" ouvre l'album de manière imparable, même si l'exercice du simple accompagnement à la batterie pourrait paraître casse gueule, Scout Niblett s'en sort admirablement. La suite ce sont des chansons "synthèses" ("Until Death" notamment), dans le sens où elles cristallisent parfaitement la tonalité de l'album, fait de ruptures brutales, de boucles d'accords etc. Lorsque Scout Niblett s'envole vers les sommets c'est pour mieux venir se vautrer ici bas. En somme très peu de "plat" sur cet album... Ce qui se révele très agréable avec de telles structures saccadées, c'est que l'on est plongé dans l'instant, irrémédiablement, puisque qu'on serait bien incapable de prévoir ce qu'il va se passer: Scout Niblett fait de nous des auditeurs précaires...
Cepandant je regrette une fin d'album beaucoup moins convainquante, voire même plutôt ennuyeuse (Cf."It's All For You") où les constructions initialement efficaces perdent un peu de leurs valeurs ("Drummer Boy" malgrès un bon riff façon The Black Keys), comme si l'Anglaise avait du mal à se renouveler. Mais n'ayez crainte grâce à l'entame tonitruante ça passe tout seul!
En bref un très bon album, brut et sans concession, qui nous fait entrer avec grand plaisir dans la tête de cette compositrice admirable et singulière.


Très bon   16/20
par M_le_maudit


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
199 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Slammez-vous pendant les concerts ?