Super Furry Animals

Phantom Power

Phantom Power

 Label :     Epic 
 Sortie :    juillet 2003 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Enfin parvenus à produire un album pop-rock classieux, cohérent et envoutant avec Rings Around The World, les Super Furry Animals sont au sommet de leur créativité. Pourtant, hormis en Angleterre, le succès peine à venir. Trop ambitieux ? Pas assez accessibles ? Les gallois sont injustement absents des charts malgré leur passage automatique chez Epic (après la chute de Creation).
Phantom Power semble être un nouveau départ pour le groupe. Plus dépouillé et moins grandiloquent. Les mélodies originelles ne sont plus systématiquement noyées sous des tonnes d'arrangements cuivrés et/ou cordés. On distingue désormais le squelette de chacune d'elle, égrainé à la guitare acoustique. L'arrangement roi est ici le clavier (Moog, Wurlitzer) utilisé à toutes les sauces et apportant un rendu feutré et ouaté typiquement seventies du plus bel effet. Le tempo étant de plus assez lent, Phantom Force s'avère particulièrement reposant et envoutant, le mix parfait entre classe soul Motown et songwriting british raffiné. Seules quelques incartades électroniques (toujours dosées et bien choisies) viennent de temps en temps rappeler l'époque en cours. Par là-dessus, la voix chaude et langoureuse de Gruff Rhys sied à merveille à cette ambiance veloutée. On ne le dira jamais assez : ce gallois plutôt discret est un des meilleurs chanteurs de sa génération.
Seuls les deux derniers morceaux, judicieusement écartés, viennent rompre l'atmosphère. "The Undefeated", plus rapide, gorgé de blips, de zouics, de trompettes et de percussions antillaises permet de retrouver le groupe barré et excentrique des albums précédents. Et pour clore, "Slow Life", voit les Super Furry Animals expérimenter à nouveau leur pop en enchaînant deux manières d'arranger la même mélodie : d'abord électronique avec synthés puis plus traditionnellement avec arrangements de cordes, avant de mixer le tout dans un gloubiboulga miraculeusement bien foutu.


Très bon   16/20
par Abe-sapien


 Moyenne 16.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 29 juin 2011 à 21 h 53

Ils ont failli nous refaire le coup. Graphisme sensiblement dans la même veine au niveau de la pochette, un Rhys toujours plus au centre du groupe, un son qui met parfaitement en avant l'aisance mélodique du compositeur et des musiciens. L'album aurait pu être le second volet d'un diptyque pop parfait. Deux albums qui s'enchainent l'un après l'autre tout aussi réussi dans une veine pop génialissime, accrocheuse et surtout inspirée.
Toujours porté par la voix de Rhys, toujours plus juste, toujours plus profonde et gagnant en basse au fil des albums, Phantom Power est un vrai bon album de musique pop. Mais ne nous trompons pas... L'album est très différent de son prédécesseur. Que ce soit au niveau de l'ambiance et de l'approche de la musique.

Si les mélodies sont toujours tissées avec talent et que le son est toujours aussi parfait, cet album rompt fortement avec son prédécesseur par une homogénéité plus importante. Alors que chaque morceau possède sa propre ambiance sur "Rings Around The World", on retrouve ici 4 ambiances très définies. Tout d'abord une ambiance bucolique très délicates sur de nombreux morceaux de l'album. C'est l'ambiance dominante de l'album : une ambiance quasiment folk sur certains morceaux, sur lesquels les sonorités électroniques laissent quasiment toute la place à un mur de guitares acoustiques. On entendrait presque les oiseaux piailler derrière tout ça ... Ah mais on les entend dans "Liberty Bell" ! Cela pourrait être risible, mais les SFA le font avec tellement de brio que le tout passe avec merveille. On soulignera le magnifique morceau d'ouverture de l'album "Hello Sunshine". La voix de Rhys n'a jamais été aussi belle. On trouve ici un groupe apaisé, puissamment tenu par son chef d'orchestre qui nous offre un nouveau morceau intemporel. Un autre morceau des SFA qui passera à la postérité. Cependant, cette vision bucolique de la musique lasse à partir de la seconde moitié du disque.

Heureusement, trois autres ambiances se taillent une part importante de l'album. Tout d'abord, une certaine touche grandiose qui occupait le précédent album. Ici, cependant, l'originalité est moins grande et les morceaux ne sont pas si mémorables. "Bleed Forever" et " Sex, War & Robots" sont très sympathiques... Mais c'est tout. L'album s'enlise par ailleurs sur la fin dans un retour aux expérimentations maladroites de "Radiator". "Slow Life" possède un passage extraordinaire, il faut le souligner, mais avaler le morceau d'une traite relève du délire ...
Heureusement, la dernière ambiance touchée par le groupe est probablement la plus belle, la plus pure et la plus attachée à ce que le groupe voulait réellement réaliser. En entrant en studio, le groupe avait choisi de produire une musique plus humaine. Et ce n'est pas par l'ambiance folk qu'il réussit cela, mais par une retour gagnant à la power pop d'antan ! Après un unique morceau sur "Rings Around The World", les Animals pondent ici trois morceaux remuants de très haut niveau. Si le classique "Golden Retriever" reste dans une grande partie des mémoires ayant posé leur oreille sur l'album, "Out of Control" laisse apparaitre un côté plus violent du groupe (enfin, violent, tout est relatif). Le magnifique "Venus & Serena" donne un souffle magistral à l'album en milieu de galette.

Les Super Furry Animals pondent donc un album déséquilibré mais profondément attachant. Bien moins abouti que leur chef d'oeuvre, mais un album plus que recommandable.
Très bon   16/20







Recherche avancée
En ligne
99 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans quelle tranche d'âge vous situez-vous ?