Ataxia

II

II

 Label :     Record Collection 
 Sortie :    mardi 29 mai 2007 
 Format :  Album / CD   

Bien surpris que l'aventure Ataxia ne soit pas qu'un petit coup d'un soir, la formation remet le couvert pour une nouvelle session de jam. Malheureusement, ce second rendez-vous a tendance à bandouiller un peu mou...
Après l'ouverture agréable mais anecdotique et linéaire qu'est "Ethiopian Song", son riff rigolo et ses clappements de mains chaleureuses, on se dit que les hostilités vont sérieusement démarrer avec "The Empty's Response", mais ça n'est pas le cas. Un titre vide sur six minutes, un petit air de guitare en sourdine et une voix murmurant de douces paroles, point. Pas beaucoup plus, si ce n'est un petit solo du bout des doigts, et aucune adrénaline ni émotion de mieux que ce que nous suggère l'écho du chant. Pour un travail d'équipe, on aurait été en droit d'attendre bien plus passionnant. Il faut donc avoir le courage de patienter jusqu'à "Attention" (et en plus le titre nous le signal, hé-hé...) pour renouer un tant soit peu avec le précédent trip de la fine équipe, et on est satisfait malgré le tempo lancinant qui n'aide pas à relancer l'enthousiasme. La basse fait indéfiniment tourner un motif sournois, autour duquel la batterie sculpte quelques sursauts de tensions, propulsant les habituelles fulgurances guitaristiques de Frusciante douze minutes durant. Ouf, nous voilà de retour à la maison...
C'est aux premiers hurlements du gratteux des Red Hot que l'on peut approuver qu'il se passe effectivement quelque chose sur ce disque, et que les meubles sont sauvés. "OLA" vient renforcer un peu la conviction, en tant que premier morceau plus haletant qu'hypnotique de son répertoire. Le groupe prouve qu'il peut appliquer sa formule efficacement sur une courte distance, en se privant de refrain ou de déferlement trop grossier. Puis les dix dernières minutes de "The Soldier" forment le parfait terrain de jeu pour que Frusciante puissent encore une fois s'en donner à cœur joie, avec sa six-cordes comme avec ses cordes vocales. La basse a un riff ultra-simple, la batterie brode, les guitares font leur show, et le tout est bien plus furieux que le reste...
Trois sur Cinq, c'est déjà pas si mal, mais on préfèrera nettement le premier opus à ce volume plus dilettante.


Passable   11/20
par X_YoB


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
145 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans l'idée d'une playlist thématique mais néanmoins hebdomadaire, vous préférez :