The Sisters Of Mercy

Floodland : Remastered And Expanded

Floodland : Remastered And Expanded

 Label :     Rhino 
 Sortie :    lundi 30 octobre 2006 
 Format :  Compilation d'inédits / CD   

Après le superbe et bien nommé First And Last And Always (1985), le chanteur Andrew Eldritch se retrouve seul aux commandes, les trois musiciens (dont deux compositeurs) de son groupe étant partis vers d'autres horizons. Il recrute alors une bassiste, la ténébreuse Patricia Morrison, ex-Gun Club, qui assure également les choeurs. La boîte à rythmes est toujours le fidèle Doktor Avalanche. En revanche, personne ne saura jamais qui s'est chargé des parties de guitares et de claviers sur cet album...
Eldritch renouvelle totalement le son des Sisters Of Mercy avec Floodland (1987). Il surprend en étant là où on ne l'attend pas du tout. Le synthé remplace les sublimes guitares de First And Last And Always.
"Dominion / Mother Russia" est un morceau efficace, assez dansant, donc surprenant pour du Sisters Of Mercy, avec un solo de saxophone assez incongru et très années 80.
"Flood I" est un morceau grandiloquent et minimaliste en même temps, avec une ligne de synthé très puissante.
"Lucretia My Reflection" est le seul morceau rappelant quelque peu First And Last And Always, avec une ligne de basse à tomber par terre, une guitare sale et poisseuse et un refrain à l'emporte-pièce.
"1959" (année de naissance du chanteur) est un superbe morceau au piano, qui aurait été écrit par un fan.
"This Corrosion" est un morceau théâtral et grandiloquent à souhait, avec des choeurs majestueux dignes d'un opéra, et une guitare qui tisse de délicats arpèges orientalisants, mais avec des relents presque discos (!).
"Flood II" (très différent de "Flood I") est une chanson froide et mélancolique, avec une très belle guitare acoustique 12 cordes et un synthé glacial.
"Driven Like Snow" est encore plus froid que "Flood II", avec la fameuse phrase 'Fuck me and marry me young' !
"Never Land" est un morceau lent et minimaliste, avec une ligne de basse plombée.
La voix d'Andrew Eldritch n'a jamais été aussi basse, la musique froide. Encore un monument du rock gothique !
La version remasterisée de 2006 propose deux morceaux "inédits" (qui apparaissaient en réalité déjà sur la version CD de l'album), "Torch" (avec sa ligne de basse hallucinante et ses quelques accords de guitare acoustique) et "Colours" (avec ses synthés glacés), très bons, la version longue de "Neverland", ainsi qu'une reprise de Hot Chocolate, groupe des années 70, "Emma".


Excellent !   18/20
par Gaylord


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
347 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Levé du mauvais pied, je suis plutôt "réac'n roll" : Ras-le-bol...