Devo

Freedom Of Choice

Freedom Of Choice

 Label :     Warner 
 Sortie :    juillet 1980 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

Jusque-là abonné au succès underground, Devo va rapidement devenir un des fleurons du mouvement new-wave sponsorisé par MTV grâce à leur troisième album, Freedom Of Choice. Navigant entre deux eaux sur Duty Now For The Future, Devo s'installe désormais et pour longtemps sur la terre synth-pop qui fera, on le sait, des ravages durant les années 80. La guitare s'est donc fait la malle, et le synthé a pris ses aises.
Pour autant, cet album commence plutôt bien avec le tube "Girl U Want". Devo fait alors sa première incursion dans le domaine des relations homme-femme. Délaissant un peu ainsi sa fameuse doctrine de la dévolution martelée sous tous les angles sur les albums précédents. Après un "It's Not Right" anecdotique, on enchaîne avec la chanson qui les fera connaître du grand public, l'excellent "Whip It". Devo réalisera un clip, comme à son habitude, totalement barré, et qui sera un des premiers clips à tourner en boucle sur une chaîne alors naissante, MTV. Et c'est bien normal, car "Whip It" est tout simplement 'LE plus grand clip de tout les temps'. Si si si... Et je vous encourage vivement à le visionner si ce n'est pas encore fait pour vous en convaincre (attention à vos zygomatiques).
Ca commence bien donc. "Snowball" qui suit n'est pas mal non plus d'ailleurs. Mais après ça se gâte... Bon, dire pour un album synth-pop de 1980 que la production a vieilli, c'est d'une telle gageure que l'on s'en passera. En fait, on se concentrera sur les compos. Et Freedom Of Choice dans ce domaine alterne l'insipide nauséeux et le bon, voir très bon. On retiendra dans ces deux dernières catégories: "Freedom Of Choice", "Planet Earth" et la lyrique "Gates Of Steel", dernier grand morceau du groupe. Oui, le reste n'en parlons pas...
Alors bien sûr, si vous faîtes un petit tour sur le net et consulter divers avis sur ce Freedom Of Choice, vous risquez fortement de tomber sur des avis très positifs. A n'en pas douter, ces gens qui émettent ce genre de jugements, on vécut au plus près les années 80 (les pauvres...). A partir de là, on peut comprendre qu'entre un Human League ou une autre bouse innommable de ce genre, ils aient trouvé avec Freedom Of Choice le chef-d'oeuvre qui manquait à leur génération. Mais pour les autres, croyez-moi, le constat est cruellement inverse. N'empêche, si on ne devait sauver qu'un seul disque de cette horrible période synth-pop, ce serait sans doute celui-ci.


Passable   11/20
par Sirius


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
79 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans l'idée d'une playlist thématique mais néanmoins hebdomadaire, vous préférez :