31 Knots

Bruxelles - Belgique [Recyclart] - jeudi 06 avril 2006

 31 Knots
Le danger sur scène, avec un groupe tel que 31 Knots, serait de s'exposer à un relatif ennui dû à leur style musical oscillant entre post-hardcore et rock intimiste, d'autant que cette formation n'évolue qu'avec trois unités. On peut donc s'attendre à un set techniquement et sentimentalement au point, mais aux portes d'une tranquillité fatigante à moyen terme.
Mais ça, c'est une théorie d'avant concert ; rien de plus. Et l'émettre traduit bien le fait que c'est très mal connaître l'imposition scénique du trio.

En fait, 31 Knots va véritablement tromper cette hypothèse en chargeant une intensité et une force implacables tout au long de son récital.
Son chef de file –Joe Haege- y est pour beaucoup. Remuant et à peu de choses près tordu, le leader va véritablement donner une âme dramatique robuste et dégoulinante de maîtrise et d'assurance.
C'est sur les pièces de son dernier album Talk Like Blood et de son précédant Ep The Curse Of The Longest Day que le groupe va édifier une prestation d'une réussite impitoyable.
Décidant de laisser un temps ses instruments de côté et de confier les machines à ses deux acolytes, Joe Hage enfilera finalement sa guitare qu'il maîtrisera et martyrisera à la perfection. 31 Knots sera en place du début à la fin : Joe Hage vivant tellement sa musique, il prend place dans le public et gémit avec sa guitare, frôlant de peu et à plusieurs reprises d'assommer voire de guillotiner quelques spectateurs.
Il combine ensuite guitare (main gauche) et clavier (main droite), le tout en chantant s'il vous plaît ! Techniquement parlant, par contre, tout tient en place.
La rythmique est soutenue, alliant refrains pop, passages post-rock et son lourd post-hardcore. La voix vacille entre hurlements rauques et émotionnels, et caresses sonores finissant par lécher le dos de l'oreille.
31 Knots clôture sa prestation par un long morceau instrumental, sans son leader, disparaissant dès les premières notes, puis traversant le public avant de se dérober une nouvelle fois. Puis le revoilà : il enfile costume et cravate au sein du public et plante pied et micro en plein milieu de l'antichambre et chante avec classe tel un crooner. Un allongement au sol et quelques notes plus tard, le trio quitte la salle avant de revenir pour un indispensable mais court rappel.
Le public tentera bien de les faire revenir pour un second retour mais en vain.
31 Knots, c'est peut-être avant tout un groupe scénique. L'histoire d'un trio indie rock à l' âme énergique et diabolique. Quelle classe !


Parfait   17/20
par X_Cosmonaut


  Crédit Photo: http://www.exexalex.be


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
134 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Si tu ne pouvais en ressusciter qu'un ?


The Minutemen
Nirvana
Elliott Smith
Morphine
The Ramones
Joey Ramone
Jeff Buckley
Vic Chesnutt
Jay Reatard