Mansfield.TYA

June

June

 Label :     Téona 
 Sortie :    lundi 24 octobre 2005 
 Format :  Album / CD   

Ca fait des semaines que me trotte dans la tête cette chronique et aujourd'hui la peur de ne pas rendre un hommage convenable à ce disque me saisit.
Alors dans le désordre je me lance :
Alterner le français et l'anglais c'est très risqué, surtout quand la maîtrise de l'anglais est... moyenne (merde j'ai commencé par le seul reproche que je fais à cet album).
Un seul titre peut justifier l'acquisition de June : "Pour oublier je dors".
Un texte aussi bien ciselé est si rare.
Il faut dire que tous les textes sont de cette qualité, à la fois innocent, réaliste et cru.
L'instrumentation, à mille lieux du rock, est somptueuse et juste dans son dépouillement, compagnon parfait des textes.
La voix est le contrepoint idéal des voix féminines que l'on voudrait nous faire admettre pour norme universelle en ces temps de divas (!) made in télé-réalité.
Un second titre pour justifier l'acquisition de June : "Doesn't Matter Who You Are" pour son petit air Young Marble Giant.
Au fait ça veut dire quoi Mansfield.TYA ?
Bon là je m'égare un peu, mais vous aurez compris que je suis conquis, enchanté et surtout troublé (bon signe ça) par ce petit objet.


Excellent !   18/20
par Hpl


  En écoute : https://mansfieldtya.bandcamp.com/album/june


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
210 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Pour toi, la réponse à la grande question sur la Vie, l'Univers et le Reste est :