Mansfield.TYA

Seules Au Bout De 23 Secondes

Seules Au Bout De 23 Secondes

 Label :     Kythibong 
 Sortie :    lundi 09 février 2009 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Le conseil d'un ami et quelques écoutes sur Myspace m'ont naturellement conduit à aller taper du pied (plus ou moins) en rythme au pied d'une scène bruxelloise sur laquelle Mansfield.TYA proposait ses "chansons populaires mélodramatiques" (cf. Myspace).

Et, ce soir-là, je souris béatement à la fois parce que j'ai réussi au terme d'une grosse bagarre de coudes à entrer dans la salle, petite, bondée, chaude et humide, pour assister au concert (gratuit) et parce que, sous mon bras, il y a, dans une pochette plastifiée, le vinyle de Seules Au Bout De 23 Secondes, deuxième livraison des deux nantaises. Les filles sont charmantes et le live fameux : les nouvelles compositions se frottent aux morceaux anciens, les riffs de guitare électrique percutent les lignes d'harmonium tandis que les voix s'entrelacent. La prestation s'achève sur une reprise lyrico-punk de "Love Me Tender".

Lorsque, de retour chez moi, je me passe le disque pour prolonger la magie, j'en découvre la cohérence et les enchaînements précis. L'ambiance est intime et tragique, chic et destroy : overdose sur canapé dans un duplex du Ve. Il y a de grands moments : "Wasting My Time" ("My tears are falling without reason") avec harmonies vocales et rythme marqué par des respirations saccadées ou "Je Ne Rêve Plus" ("Je ne fais que pleurer, comme une malade mentale qu'on aurait pas soignée") avec son violon qui évoque (vaguement) le "Lux Aeterna" du Kronos Quartet. On retient aussi, en particulier, "Sur Le Plafond" (en français) et "So Long" (pour l'anglais). Mais le mieux est peut-être d'écouter le disque en entier le jour où on le temps et l'envie de se laisser porter par ces histoires tristes sur mélodies crépusculaires.

Un disque sincère et à fleur de peau dont il est difficile de se passer. Un groupe dont la personnalité est attachante et les références recommandables ("Mansfield" est le nom de la seconde épouse d'Henry Miller, muse d'Anaïs Nin).


Très bon   16/20
par Gef


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
210 invités et 3 membres
Thebluegoose
Poukram
Lemondedejef
Au hasard Balthazar
Sondages
Pour toi, la réponse à la grande question sur la Vie, l'Univers et le Reste est :