Antony And The Johnsons

I Fell In Love With A Dead Boy EP

I Fell In Love With A Dead Boy EP

 Label :     Durtro 
 Sortie :    lundi 29 janvier 2001 
 Format :  Maxi / CD   

En plus d'être transformiste et d'affirmer sa féminité, Antony Hergaty ravale les chansons comme personne et ce grâce à son immense talent. Il va chercher l'émotion là où on pense qu'elle est absente, ou plutôt là où peu de gens ose s'aventurer. Sa voix détient un souffle de sérénité mais aussi un grand désespoir. C'est bouleversant et c'est cette antinomie apparente qui est superbe. Sa musique est calme, délicate et pourtant tout semble pouvoir éclater, s'effondrer sur lui même à tout moment.

I Fell In Love With A Dead Boy est donc une parfaite démonstration de ce talent, de cette sensation d'éphémère. Le premier titre homonyme, le seul sur cet EP écrit par le groupe, nous laisse sans voix et nous immisce dans un monde de mélancolie. Le virtuose reprend alors "Mysteries Of Love", chanson composée par David Lynch et Angelo Badalamenti qui a été interprétée par Julee Cruise pour la bande originale de Blue Velvet, film de Lynch. Il s'essaie aussi à "Soft Black Stars", chanson de Current 93. Pour la petite histoire, c'est David Tibet, membre fondateur du groupe Current 93, qui découvre Antony en écoutant une démo et qui le fait signé sur son label Durtro pour enregistrer son premier disque éponyme.

Antony And The Johnsons habitent ces deux reprises d'une émotion hors norme. Attristées au possible, on est subjugué par ses interprétations lentes, dépressives, larmoyantes, sinueuses... Le chanteur nous conduit dans un recoin loin de tout, loin de nous. On s'oublie et s'abandonne. C'est triste et pourtant on se repasse le disque en boucle. Surtout le dernier titre, où le violon nous tire une larme, puis deux, puis beaucoup trop. Cet EP est sublime.


Parfait   17/20
par TiComo La Fuera


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
68 invités et 1 membre :
Blackcondorguy
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?