Antony And The Johnsons

I Am A Bird Now

I Am A Bird Now

 Label :     Secretly Canadian 
 Sortie :    mardi 01 février 2005 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Quand on écoute ce disque la première chose que l'on retient c'est la voix d'Antony. Une voix androgyne parfaitement maitrisée chantant des chansons sombres.
Le personnage est inclassable, une grande carcasse dans laquelle il semble être a l'étroit où il ne peut pas affirmer sa féminité. Les chansons sentent la solitude et la mélancolie apparaissent tel une pop funébre.
Ce disque est tel un voyage étrange et envoûtant, chaque chanson montre un homme perdu dans sa condition. Même si il repéte être libre dans l'avant derniere chanson , on sent quelqu'un pas l'aise:
"One day I will grow up and be a beautiful woman,
one day I will grow up and be a beatiful girl.
For today I am a boy.
For today I am a child"

Le disque est constitué de plusieurs pop songs qui, prises une à une, sont impeccables. L'écoute entière du disque est en revanche lassante et la voix semble être à force un long gémissement. Une collection de chansons a picorer, un disque sympa.


Sympa   14/20
par Mozz


 Moyenne 17.50/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 27 juin 2005 à 21 h 28

Etonnante chronique de ce qui est pour moi l'un des plus beaux disques de l'année. Antony fait dans le lyrisme et la démesure... oui, mais c'est aussi un fin mélodiste, et les arrangements sont à tomber par terre. Vu en concert à la Maroquinerie il y a peu, une grande partie du public était dérouté et n'arrivait pas à suivre sur la longueur. C'est que cette musique est typiquement une musique d'écoute, qui demande de l'attention et qui pompe de l'énergie. C'est un disque noir, ténébreux, entre deux ambiances: un côté masculin tout en basses et pianos , et un côté féminin tout en harmonies de cordes et de vents.

Ce disque peut en agacer plus d'un. Je comprends, c'est assez spécial, et sa façon de chanter avec un vibrato à la Véronique Sanson peut fatiguer (c'était un peu le cas sur son premier CD). Mais ici, on tient une vraie oeuvre cohérente et aboutie... et les invités de marque (Rufus W, Lou R et Devendra B) ont l'air bien pâlots à côté de cette furieuse créature inclassable.

A offrir à votre belle mère à Noël.
Exceptionnel ! !   19/20



Posté le 29 juin 2005 à 12 h 17

Véritable trésor, ce I'm A Bird Now, et cela quoique l'on puisse penser de la personnalité d'Antony. Ridicule, fascinante ou intrigante ? Dans tous les cas, avec ce deuxième album plus qu'émouvant, le crooner efféminé, fait pousser des ailes aux plus profonds préjugés.
Oui Antony est mal dans sa peau d'homme, et c'est ce mal être que l'on ressent tout au long de I'm A Bird Now et qui fait que l'on ne peut résister à sa voix si atypique, sans sexe fixe. Il ressemble à Candy Darling, son égérie sur cet album, cette femme-homme, représentée en noir et blanc sur la pochette. Tragique et à fleur de peau.
Si Antony ne supporte pas son côté masculin, on peut dire qu'il est véritablement très à l'aise dans sa musique, avec son organe, avec les frémissements de son piano et de ses cuivres. Il donne l'impression d'être un solitaire, un incompris (malgré les invités prestigieux sur son album tels que Lou Reed, Devendra Banhart, Boy George), qui s'exprime simplement à l'aide d'instruments et de son magnifique instrument: sa voix si particulière à la Nina Simone.

L'Androgyne a une sensibilité asexuée et une élégance plus que féminine. Simple, son album représente pourtant le paroxysme de la complexité de l'âme et atteint l'auditeur comme s'il eût été un disque empoisonné. Empoisonné,oui, par des gouttes de grâce, par les pleurs d'Antony. Son album, malgré la douceur qu'il évoque est un souffre douleur, une échappatoire, un tableau fait de plaies, de larmes.
Avec cette oeuvre, Antony nous montre que le corps est un obstacle, une fatalité qui nous frappe dès la naissance. Le corps est un boulet que l'on porte lourdement jusqu'à ce que l'on disparaisse avec lui. Mais cette apparence, cette prison d'os et de chaire, s'allége, devient ailée, lorsque l'on sait faire d'elle son art. Voilà ce qu'à su effectuer Antony, ce chanteur qui aurait pu être à la fois une cantatrice et un soulman noir. Voilà ce qui lui permet de dire finalement: "I'm free at last".

Rares sont les albums qui dessinent sur vos lèvres un sourire triste. Antony a signé l'exception, pour apporter une liberté émotionnelle aux plus indifférents d'entre nous.
I'm A Bird Now ? Authentique, léger et innocent: à l'image d'un oiseau.
Excellent !   18/20



Posté le 14 octobre 2006 à 14 h 34

Voilà bien un disque étonnant... I Am A Bird Now, où ma dernière claque musicale en date, à un moment où elles se font presque plus rares que mes sporadiques augmentations de salaire... C'est dire !

Antony est un homme habité, comme je n'en ai presque jamais vu. Sa musique est un cri du coeur, provenant d'une personne à la fois fragile, délicate, androgyne et ambivalente. A son écoute, on se sent transporté, aux sons soul-bluesy de ses mélodies, dans un voyage fascinant, tourmenté des nombreux flous mentaux qui semblent transcender le bonhomme.

Sonnant comme presque rien à ma connaissance, Antony & The Johnsons crée un sillon nouveau dans la musique pop mélancolique, enchaînant douceurs et brutalités affectives avec majesté. Le single "Hope There's Someone" est tout simplement une merveille musicale, chargée d'émotion pure: un des plus beaux titres de ces dernières années. Il ouvre l'album en nous plaçant au coeur de l'événement. Jusqu'au dernier titre, le plus complexe "Bird Guhl", l'émotion ne nous quittera que rarement, ayant même tendance à remonter successivement à l'écoute de sompteuses chansons comme "For Today I'm A Boy", "You Are My Sister", entre autres.

De toute évidence, I Am A Bird Now est un album magique qui restera dans ma mémoire comme une des plus belles révélations qu'il m'ait été donné d'entendre. J'espère seulement que son écoute saura vous toucher autant que moi.
Exceptionnel ! !   19/20







Recherche avancée
En ligne
128 invités et 4 membres
Pab
Vamos
X_Wazoo
Poukram
Au hasard Balthazar
Sondages
Slammez-vous pendant les concerts ?