Jude

King Of Yesterday

King Of Yesterday

 Label :     Warner 
 Sortie :    mardi 12 juin 2001 
 Format :  Album / CD   

C'est avec King Of Yesterday que j'ai découvert Jude bien que ce ne soit pas son meilleur album pour ne pas dire le moins bon.

Poussé par sa maison de disques, Jude réalise ce disque sur une pop terne et commerciale, après un splendide No One Is Really Beautiful. "Ils ont insisté pour poser leurs empreintes graisseuses sur toutes mes chansons", se plaint l'artiste. C'est ainsi qu'on a le droit à un enregistrement où tout sonne un peu facile, où toutes les chansons font trop arrangées, trop instrumentalisées.

Ce disque s'ouvre donc par un morceau haut en couleurs, avec trompette, tambourin, chœurs. Le grand jeu. S'ensuit "King Of Yesterday", où les refrains sont chantés dans la démesure et une guitare se lance dans un solo bâclé à la fin de morceau. Parmi les autres titres on retrouve "I Do" défiguré, qui a perdu toute intimité, toute fragilité et qui ne vaut pas la version précédente. Jude se risque aussi sur une reprise douteuse de "Everything I Own"de Bread.
Malgré ces imperfections se cachent quelques belles chansons comme "Red Room". Le songwritter démontre qu'une guitare suffit parfois à communiquer autant d'émotions qu'une instrumentation lourde et excessive. "Indian Lover" fait partie aussi de ces morceaux rescapés et est certainement le meilleur titre du disque. Jude y fait une montée d'un octave; une performance vocale remarquable.

Heureusement j'ai découvert par la suite les autres disques et attendu Sarah avec impatience.
Heureusement pour lui, il a changé de label et a pu faire la musique qu'il aimait et qu'on préfère...


Pas terrible   9/20
par TiComo La Fuera


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
165 invités et 2 membres
Dale
Zebulon
Au hasard Balthazar
Sondages
Pour toi, la réponse à la grande question sur la Vie, l'Univers et le Reste est :