John Frusciante

Curtains

Curtains

 Label :     Record Collection 
 Sortie :    mardi 07 décembre 2004 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Pour le dernier chapitre de sa déferlante discographique sortie en moins d'une révolution autour du soleil, John Frusciante choisi l'intimité folk sereine.
Très peu arrangé, loin d'être furieux, Curtains est très épuré. Une simple guitare suffisant la plupart du temps à en dire beaucoup, Frusciante n'use cette fois-ci que de très peu d'artifices, et seuls "Your Warning" et "Ascension" retrouvent ce clavier parfois trop kitsch que l'on connaît depuis To Record Only Water For Ten Days. On en remarque à peine la présence de Carla Azar (Autolux), Ken Wylde, et même de Omar Rodriguez-Lopez (The Mars Volta) venu gratouiller sur 2-3 titres... Ce cadre étroit et peu encombré, contenu par un mixage à l'esprit primitif tel l'utilisation extrême du pan (pour la batterie surtout), laisse ainsi déguster le plus important : de belles pièces acoustiques mélodiques au goût de passé. Le genre de morceaux typés Nick Drake et coin du feu sur lesquels le guitariste abuse des chœurs : tout d'abord cela surprend sur le très Dylan "The Past Recedes", mais arrivé au piano simpliste de "Leap Your Bar" on ne s'est pas aperçu avoir été apprivoisé par cette abondance d'harmonies.
Tout est succulent, sans jamais aspirer au single ultime, à la place de chart drapé de faf ou au contraire à la reconnaissance underground égocentrique, et on est définitivement bien loin de la levure chimique que son devenu ses Peppers. De toutes ces compositions on mentionnera "Anne", passant de la complainte bénigne au solo électrique fiévreux ; le court "Hope" dans lequel ces harmonies vocales font justement beaucoup ; et en particulier et personnellement le magnifique "Control" jouant avec le silence pour atteindre son atmosphère inquiétante.
Cette fermeture en galette lo-fi pleine de simplicité et de fraîcheur fait remporter à Frusciante ce défi qu'il s'était lancé à lui-même pour 2004, avec toute l'estime de chacune des personnes qui auront prit le temps de suivre son marathon sonore. Son existence est désormais aussi agréable et prolifique que ce à quoi la vie de son ami Cobain aurait probablement ressemblée si ce dernier avait eu lui aussi la force d'affronter ses démons.


Parfait   17/20
par X_YoB


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
325 invités et 1 membre :
Granpa
Au hasard Balthazar
Sondages
Slammez-vous pendant les concerts ?