Dirty Three

Dirty Three

Dirty Three

 Label :     Touch And Go 
 Sortie :    vendredi 21 juillet 1995 
 Format :  Album / CD   

Le véritable premier album officiel de Dirty Three né sur Touch & Go. Rien de tel pour asseoir comme il se doit la popularité d'estime d'un trio dont la musique semblable au post-rock est déjà impossible à démanteler.
Comme pour Sad & Dangerous, dont le "Kim's Dirt" est justement retravaillé à merveille dans une version encore plus ambiante, l'entrée en matière est surprenante mais ne trahit pas le propos du disque avec dix minutes soutenues d'un "Indian Love Song" : un thème de violon bancal, ça s'engage, ça monte, ça explose, ça descend, ça se tait presque, ça prend de l'élan, ça monte à nouveau, ça explose... Cette éponyme livraison est un happening bruitiste de la palette des trois australiens. Sans s'égarer ni surcharger ses arrangements, l'apparition d'harmonica et d'accordéon à une ou deux reprises étant à ce titre judicieusement employée, le trio se dévoile cette fois-ci un peu moins dispersé mais d'une justesse, mélancolique ou tendue, terriblement implacable. A chaque humeur son morceau, à chaque morceau ses louanges, tout en gardant la saveur ‘acoustique mais sale', ‘traditionnelle mais hybride' du violon de Ellis lorsqu'il ne prend pas l'harmonica ou l'accordéon, comme dit plus haut, pour changer de ton. Une démonstration de la maîtrise du groupe, qui montre de quelles bien belles manières il sait ou laisser planer une lourde atmosphère sur "Odd Couple", ou faire lentement monter la pression le long de "Better Go Home Now", ou distribuer un bruit spasmodique sur "The Last Night", ou finalement charger de bout en bout lors d'un haletant "Dirty Equation". Qui a dit que le Stradivarius n'était pas rock'n roll se doit d'écouter Dirty Three.


Exceptionnel ! !   19/20
par X_YoB


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
292 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Tu as le droit d'effectuer un seul voyage spatio-temporel, où est-ce que tu vas ?