Grandaddy

The Broken Down Comforter Collection

The Broken Down Comforter Collection

 Label :     V2 
 Sortie :    1999 
 Format :  Compilation / CD   

M'ayant terriblement déçu avec Sumday, que je ne considère pas comme mauvais mais tout simplement comme abominable, j'ai fini par ne plus écouter ce groupe responsable du délicieux Sophtware Slump et du réussi Under The Western Freeway.
Pourtant, cette collection des deux premiers Eps (A Pretty Mess By This One Band et Machine Are Not She) reste pour moi leur plus éclatante réussite.

Découvert simultanément avec les deux albums précités, The Broken Down Comforter Collection réussit ce que les cambroussards ne parviendront plus jamais à reproduire (ou n'auront plus envie, tout simplement): allier tristesse et tumulte tout en ébranlant sans jamais s'affaler dans la simplicité de la pop.

Il y a dans cette compilation ce côté brut, noisy et furieux qui subordonne leur âme si délicate. Rien à voir avec Sumday qui est, selon moi, complètement dominé par la simplicité et la paresse.

On navigue ici tantôt entre le ravissement ("Levitz") et la dureté ("Kim You Bore Me To Death"), tantôt entre les papillons noirs ("Wretched Songs") et la kermesse ("Sikh In A Baja VW Bug").
"Away Birdies With Special Sounds" n'est qu'une bande sourdement musicale où cette voix sortie de nulle part provoque le hérissement funeste, sorte d'inquiétude magnétique.

Autant l'avouer tout de suite; sur ce recueil figure pour moi l'une des chansons les plus tristes de Grandaddy, et certainement aussi dans l'absolu.
Cette petite pique qui heurte la gorge, harcèle le cœur, inonde les yeux, étouffe et immobilise le reste du corps s'appelle "For the Dishwasher". D'accord, ils auraient pu trouver un meilleur titre, mais qu'importe.
Le "It will be allright" lancé dans un état de profonde douleur entraîne fatalement la discordance de l'esprit.
C'est trop doux que pour être triste, tout en étant trop pénible que pour nous offrir le bien-être.

Bref, quand on laisse de côté tout cela à cause d'un album jugé trop mauvais, on se réjouit de retomber sur ce disque qui est et restera de toute façon un pur chef-d'œuvre.
C'était cette si délicieuse période où Grandaddy était encore dangereux et farouche dans sa bulle de douceurs.


Excellent !   18/20
par X_Cosmonaut


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
196 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Levé du mauvais pied, je suis plutôt "réac'n roll" : Ras-le-bol...