Xiu Xiu

Fabulous Muscles

Fabulous Muscles

 Label :     5 Rue Christine 
 Sortie :    mardi 17 février 2004 
 Format :  Album / CD   

Depuis son premier album, Knife Play, le groupe guidé par Jamie Stewart n'a cessé d'évoluer tout en gardant les mêmes ingrédients atypiques et efficaces qui font que leur musique ne peut vous laisser indifférent.

Fabulous Muscles est, comme son nom l'indique, un album d'organes, encore plus introspectif que les précédents. Le chanteur nous déballe davantage son étrangeté, sans aucun complexe. La pudeur est un défaut pour les Xiu Xiu et on le voit clairement. Le sexe en érection d'un militaire américain est crûment montré sur une des deux pochettes de ce Fabulous Muscles - la petite bande rose sur laquelle est inscrit titre et auteur de l'œuvre a été exprès déplacée pour rendre le membre dressé encore plus apparent. Tout est question d'opposition et de provocation chez Xiu Xiu.

Ce troisième opus souligne tout ce que le groupe avait exprimé auparavant... mais plus humainement.
On retrouve des thèmes dérangeants tels que la pédophilie (présente dans A Promise) à travers "Mike", la guerre avec "Support Our Troops OH !", la solitude ( "Bunny Gamer").
Mais ces sujets et ce qu'ils évoquent sont largement amplifiés, hypertrophiés dans nos sentiments par toute l'émotion que Jamie Stewart peut mettre dedans. On semble apprendre à peine maintenant qu'ils existent. C'est comme s'ils étaient nouveaux alors qu'ils vivent autour de nous perpétuellement.

Au centre de tout, ce nouveau Ian Curtis, a une mélancolie décuplée, un cœur encore plus tâché de noir qu'auparavant... Mais dans ce sombre bilan nous pouvons constater que Jamie a grandi sans s'enfoncer totalement dans son passé perturbant. Contrairement à l'époque de Knife Play et à celle de A Promise, il a changé sa façon d'interpréter les choses, il a appris à les rendre encore plus touchantes que précédemment. Il est devenu plus subtil, il maîtrise désormais les sous-entendus, il contrôle donc ses confusions. Plus de logorrhées larmoyantes et lancinantes donc, mais davantage de jeux sur les sonorités et sur les tons aussi bien dans la musique que dans la voix. Tout devient plus émouvant ainsi. Le groupe nous montre ses peines moins directement et de façon plus compréhensive. "I Love The Valley , Oh !" est sûrement la chanson la plus abordable du groupe -surtout musicalement parlant-, même si elle reste ancrée dans le style funèbre-fiévreux-dépressif de Xiu Xiu.
Désormais, on peut se retrouver largement dans certaines paroles de Jamie Stewart, qui auparavant, étaient extrêmement difficiles à cerner ("I want to be careless too / So much waiting so much sitting alone"). Il se met ainsi à parler distinctement d'amour et d'émois qu'on a tous connus un jour.
Une certaine poésie s'est emparée de lui, rendant son œuvre magique et ses textes largement écoutables, voire agréables à écouter. Comment ne pas tomber sous le charme de ces mots merveilleux : "Cremate me after you cum on my lips" ? Comment ne pas comprendre la douleur amoureuse que ressent Jamie lorsqu'il prononce "Break my face in / It was the kindest touch you ever gave me" ?
Xiu Xiu s'est humanisé: il a acquis une sensibilité plus intelligible.

Le travail artistique de Xiu Xiu est devenu plus palpable donc plus touchant.


Excellent !   18/20
par Hanabira


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
792 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Parmis ces biopics musicaux, lequel préferez vous ?