Xiu Xiu

A Promise

A Promise

 Label :     5 Rue Christine 
 Sortie :    mardi 18 février 2003 
 Format :  Album / CD   

Définir en quelques mots l'univers de Xiu Xiu, et de A Promise en particulier, s'avère rapidement une tâche des plus ardues. En effet, A Promise brille par sa densité, son ingéniosité mais également son étrangeté. On passe ainsi d'une sensibilité exacerbée dévoilée sans retenue aucune (les superbes ballades "Sad Pony Guerilla Girl" ou "Fast Car") aux instants épileptiques d'électro-rock qui profitent de la moindre occasion pour prendre le devant de la scène et montrer à quel point Xiu Xiu sait faire preuve d'efficacité ("Blacks" par exemple). Point commun à n'importe quel titre: Jamie Stewart; ou plutôt la voix de Jamie Stewart. En effet, le chant de ce dernier se fait exceptionnellement possédé. Torturé, habité, dérangeant ou intense, les qualificatifs, certes, ne manquent pas mais sont purement superflux. A quoi bon tenter de décrire un chant dont le plus honorable des mérites est de rendre "vivantes", au sens propre du terme, des compositions déjà palpitantes d'une tension sous-jacente.
Alors on se laisse aller au gré de l'intimisme touchant et énigmatique proposé par "Sad Redux-O-Grapher", on se perd au son des beats electro enfouis dans le déluge sonore de "Pink City", et l'on succombe aux charmes calmes et névrosés de "Ian Curtis WishList"... ainsi qu'à ceux de A Promise par la même occasion.

A Promise est une oeuvre à part, ne ressemblant à nulle autre... ou alors, il s'agit d'une oeuvre signée "Jamie Stewart" évidemment !


Parfait   17/20
par X_Jpbowersock


 Moyenne 16.50/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 25 juin 2005 à 23 h 27

Xiu Xiu est un groupe difficile à écouter. Non pas qu'il soit exécrable dans la qualité, mais plutôt parce qu'il dessine une réalité difficile à entendre. La voix de Jamie Stewart sait prendre une tonalité pouvant vous faire courir jusqu'à votre chaîne afin d'en baisser le son. Mais dans le fond, ce qu'il exprime c'est quelque chose que nous vivons tous les jours, mais c'est tellement sous-entendu qu'on préfère se le cacher, feindre la surdité. Nous faisons si souvent abstraction de toutes les choses qui nous déplaisent. Cela peut être bénéfique, mais là, en l'occurrence, ce serait une grossière erreur que de ne vouloir porter cette musique jusqu'à nos oreilles.
Si Xiu Xiu place devant nous la douleur, il nous montre également la beauté qui peut résider dans la musique.

Le groupe sait y faire pour qu'on l'apprécie, pour qu'on apprivoise son travail épineux. Il introduit A Promise avec une chanson touchante, aux accords doux: "Sad Pony Guerrilla Girl". Des tonalités folk agréables masquent des paroles cinglantes, qui traitent d'un sujet bien ancré dans l'actualité: la pédophilie.
Profitez-en: c'est la rare fois où la musique se voudra douce et nébuleuse. Quoique, c'est plutôt une "demi" fois: dans les sympathiques guitares ont été glissés des bruits très déstabilisants dont on ne connaît l'origine.
L'urgence stressante propre au quatuor apparaît directement avec "Apistat Commander" et ne nous quittera pas, même à la fin de l'album. La voix de Stewart est alors quasi inaudible, déchirante. Où sommes-nous ? Où est-il ? On se croirait dans le noir inquiétant d'un film d'horreur.
Dans "Walnut Horse" la musique devient minimaliste, nous empêchant de nous accrocher à elle pour mieux supporter les textes. Là, les phrases sont devant nos yeux, impossibles à éviter.On nous les crache, on les avale malgré nous. C'est comme le sentiment de culpabilité qu'exprime cette chanson:on s'en passerait bien mais il est imminent.
Nous nous retrouvons directement poussés dans un univers complètement déjanté et hypnotique, sans aucun panneau de sortie. Xiu Xiu nous pousse dans une ambiance faite de bruits impénétrables et incompréhensibles qui nous amènent progressivement à "Ian Curtis Wishlist" , le morceau fermant brutalement la parenthèse A Promise.
On ne peut ressortir indemne de cet étrange dialogue dans lequel le chanteur étale ses démons et ses obsessions. Des larsens et des pleurs ne sont jamais vides de sens et ne s'arrêtent pas en même temps qu'on appuie sur la touche "stop". Ils se poursuivent dans notre tête, nous hantent...
A Promise est un album de mots provocants et de sons troublants. Jamie Stewart aime jouer avec nos sentiments et se positionne avec sa voix suffocante en réalisateur d'œuvres cinématographiques. Nous sommes les acteurs de cette production qu'il réalise.

Bref: A Promise n'existe que par ce qu'il exerce sur nous.
Très bon   16/20







Recherche avancée
En ligne
383 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?