Bauhaus

In The Flat Field

In The Flat Field

 Label :     4AD 
 Sortie :    octobre 1980 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

Bauhaus, créé en 1978 dans les faubourgs de Northampton, est le groupe de l'époque gothique le plus intéressant, le plus passionnant. Il possédait une richesse musicale et instrumentale, nous livrait des compositions subtiles. Leur son, par le déraillement constant de leurs chansons, est une ôde au voyage dans d'obscures et funestes contrées.
Et puis ce sont eux qui ont écrit l'hymne gothique, l'intemporelle et épique "Bela Lugosi's Dead", leur premier single en 1979 (titre qui ne figure sur aucun LP mais qu'il est possible de trouver sur leur live ou sur la dernière compilation en date du groupe Crackle).
Bauhaus, ce sont quatre anglais, quatres musiciens de talent et inspirés par la nuit et le macabre: il y a Peter Murphy, chanteur charismatique à la voix incroyable, tantôt caverneuse et lyrique, tantôt rageuse façon (post-)punk; Daniel Ash, guitariste peu connu mais exceptionnel de talent (Billy Corgan aurait-il jamais pris une guitare sans son influence ?); enfin, il y a David Jay (à la basse mais aussi au chant) et Kevin Haskins (à la batterie et au percussion).

Leur premier album In The Flat Field paraît en 1980, après la parution de quelques singles classés dans les charts. Les chansons sont sublimes, riches, variées, sombres, envoûtantes.
Dès le premier morceau, l'excellent "Dark Entries", le jeu de guitare est magnifique, la rythmique est martiale, la voix saccadée est sublime.
"Double Dare" développe une rythmique lente, aux accords dissonnants et saturées, tandis que la voix du chanteur est caverneuse et puissante à la hauteur des roulements de cymbales (On pense à du Marylin Manson ! D'ailleurs, on note que la rythmique de "Small Talk Stinks" évoque éhontément "The Beautiful People").
Quelques morceaux sont plus dansants, grâce à une ryhtmique de basse parfois funky ou raggae ("God In An Alcove", "Dive")
D'autres sont plus expérimentaux, plus foux, et inventifs tels "Nerves" ou "St Vitus Dance". D'autres encore dégagent une atmosphère étouffante, oppressante (riff lourd de l'extraordinaire "Stygmata Martyr", le génial morceau "In The Flat Field" ou "Rosegarden Funeral Of Sores" par exemple). "Terror Couple Kill Colonel" est un hommage à Joy Division tandis que "Telegram Sam", somptueuse reprise de T-Rex, paye son tribut au glam-rock, influence majeure du mouvement gothique !
D'un autre côté, Bauhaus utilise un son plus acoustique et mélancolique (montrant tout le talent de guitariste de Ash et laissant la part belle au piano et à la voix céleste de Peter Murphy): "Spy In The Cab" est un des meilleurs morceaux de l'album.
"Crowds", une petite ritournelle au piano, pleine de mélodie joyeuse et pop (qui fait penser à Lou Reed!), finit l'album et expose la voix nue, sublime, implorante, fragile de Peter Murphy.

In The Flat Field est un album de grand talent, d'une maîtrise d'une inventivité exceptionnelle pour un groupe gothique...


Exceptionnel ! !   19/20
par Smashead


 Moyenne 16.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 10 avril 2006 à 17 h 40

1980 : Bauhaus nous sort un des disques fondateurs du rock gothique.

Malgré l'époque "boites à rythme & synthés pourris" qu'ils utilisent d'ailleurs, trés rarement, mais à bon escient), le disque n'a pas souffert du vieillissement.

Un mélange de boucles hypnotiques, de saturation, de chant-discours, de cris, de sons crades, le tout sur fond d'ambiance glauque et bestiale...
Le résultat est digne des plus grands disques de rock.

Pour ceux qui rigolent au mot "gothique", ne fuyez pas ! Je sais que certains imaginent des adolescents habillés en noir, des bracelets à clous, "marylin manson" écrit sur leur sac à dos. Mais n'oubliez pas qu'on n'est qu'en 1980. Bon, ok, Peter Murphy a une gueule de Dracula, il se peint en blanc, et se met du noir sur les yeux. Quand Bowie fait la même chose, ça vous empêche pas de hurler au génie. Alors laissez leur une chance, vous verrez, ça en valait la peine...
Intemporel ! ! !   20/20



Posté le 21 septembre 2007 à 16 h 41

Bon, autant l'avouer tout de suite, je n'aime pas vraiment cet album.
On peut lire à droite et à gauche que c'est un classique, un chef-d'oeuvre du rock gothique. Cet album est à mon avis l'un des plus surestimés de cette période.

Musicalement, In The Flat Field fait parfois un peu penser à du PiL époque Metal Box (instrus assez minimalistes, guitare décharnée et boucles de basses répétitives), en un peu moins captivant, moins hypnotique.

Après, c'est vraiment une question de goût, mais la voix hautaine de Peter Murphy pourra éventuellement être perçue comme étant atroce ou carrément insupportable. Surtout sur les morceaux où il se contente presque de parler avec un air de prêcheur gothique suffisant comme dans "In The Flat Field" ou "St Vitus Dance". Cette voix... assez unique et distinguable entre milles... le genre qui ne laisse pas indifférent et qui provoquera peut-être chez certains un dégoût indélébile pour ce groupe.
Les paroles quant à elles ne sont pas extraordinaires ; on s'attend peut-être un peu à mieux de la part d'esthètes inspirés par le Bauhaus et l'expressionnisme allemand... c'est plutôt léger, on est un peu loin de la profondeur de celles d'Ian Curtis (par exemple). On est même parfois proche de la caricature ou de la niaiserie... ("Spy In The Cab" et surtout "Stigmata Martyr").

Un album qui à mon avis n'est pas extraordinaire, qui est même plutôt ennuyant, qui n'accroche pas vraiment... Quelques morceaux un peu rock'n'roll ('Dive', 'Telegram Sam') réveillent l'auditeur de temps à autres... avant de retomber dans une certaine léthargie.

La réédition apporte quelques titres plutôt sympathiques, comme "Telegram Sam" ou "Terror Couple Kill Colonel", mais rajoute surtout un peu plus de vent et de longueur à un album déjà assez pénible pour tout ceux qui ne supportent pas la voix de Peter Murphy.
Pas terrible   9/20







Recherche avancée
En ligne
458 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?