Ghinzu

Blow

Blow

 Label :     Dragoon 
 Sortie :    mardi 07 septembre 2004 
 Format :  Album / CD   

Encore un groupe belge ? La productivité au kilomètre carré dans ce plat pays en devient impressionnante. Mais ces belges-là ne ressemblent pas vraiment à ce que l'on peut imaginer.
Les cheveux peut-être ? Non, ce ne sont que des perruques. C'est ailleurs qu'il faut chercher.
Le style ? En effet, là encore, on peut être impressioné par la diversité musicale de cet album. Mais non, classifiez-les en prog-rock ou en pop-rock belge, ça ira très bien.
Il y a autre chose...
Allez, je vous le dis, leur particularité et leur force se matérialisent dans leur facilité à passer de la plus belle mélodie à la plus grosse explosion d'énergie cathartique en une fraction de seconde. C'est une vraie déferlante de sons soutenus par guitares et claviers.
Dans certains morceaux ils tentent la mélodie énergique à la Strokes avec un "Do You Read Me ?". C'est réussi certes, mais ce n'est pas ce qu'ils font de mieux. Ce titre se veut être LE tube de l'album. L'efficacité est là, il accroche dès le début mais il peut aussi lasser assez rapidement. Par contre, c'est vendeur, on n'en doutera pas.
L'art et le tranchant des Ghinzu, je le vois plus dans un titre comme "Blow". Ce morceau ouvre l'album et c'est 9 minutes de montagnes russes et d'émotions. Ca monte doucement et c'est la déferlante. On en redemande. Mais il faudra attendre les prochains wagons comme "The Dragster Wave" ou "High Voltage Queen" pour retrouver ces frissons. Sur ces deux passages le débit des paroles s'intensifie tellement sur la fin que l'on frôle le flot rap. Ils en ont largement la maîtrise et on ne peut qu'apprécier.
Il y a aussi des belles plages instrumentales. Je ne retiendrai personnellement que "21st Century Crooners", surement pour mon goût finalement avoué des montagnes russes.
Après je préfère vous laisser découvrir cet album. Il y a bien d'autres titres intéressants. Mais il y a aussi du moins bon. La déflagration sonore peut fatiguer et comme après le grand-huit, on finit parfois par avoir mal au coeur. Leur balade "Sweet Love" est gentillette, ça part d'une bonne intention mais ça ne suffit pas (on dirait du mauvais Queen).
En résumé, un bon disque mais on attend la suite pour voir de quel côté on va basculer. Ces 5 warriors ont d'ailleurs l'habitude de faire leur entrée sur scène sur une musique de Star Wars: la marche impériale. Celle qui fait peur quoi. Ils seront donc malheureusement tentés par le côté obscur. Tenez bon les gars !


Bon   15/20
par Sleepyjack


 Moyenne 15.13/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 14 octobre 2004 à 20 h 45

Ghinzu nous offre là son second album, mais je ne permettrais pas la moindre comparaison puisque que c'est par "Blow" que je découvre ce petit groupe belge.

Dès la première écoute, on ne peut s'empécher de voir le génie lyrique de Muse, le côté pédant et mégalo de Bellamy en moins.
L'album est essouflant : il nous permet des envolés guidées par la basse, la guitare ou le piano, comme on peut se reposer avec "Sweet Love". Je ne sais pas si leurs setlists en concerts sont aussi convaincantes ( mais je le découvrirai bientôt !), mais c'est très certainement une des forces de cet album.

Entrée en matière avec un morceau harmonieux et nostalgique : "Blow"; ce morceau est pour moi un poème musical.
Suit mon coup de foudre de l'album : "Do you read me?". Un rock puissant, aux sonorités du rock ancienne-école, moins pop mais plus savoureux que tous les autres morceaux...
Viennent des morceaux déjantés et à rythmiques rapides, je pense entre autres à " 'Til You Faint" et "21st Century Crooners"? Seulement de l'instrumental. On martelle ses petits petons nerveusement sur le sol.
Tout ça pour faire la part belle à des morceaux plus élaborés, c'est de ces derniers d'ailleurs que vient la comparaison avec Muse.

A mon goût, aucune faute de goût !
Viendra bientôt la critique du concert ...
Exceptionnel ! !   19/20



Posté le 25 mai 2005 à 13 h 02

Ghinzu, une des dernières pontes belge. Parfaitement francophones, parfaitement anglophones. Ces 5 gars aux péruques proposent une pop entraînante, planante, teintée d'électro.

On est tout d'abord scotchés par le riff de "Do You Read Me", mais vite lassés. On passe ensuite à l'écoute attentive des morceaux planants puis explosifs, ces morceaux qui vous prennent au corps, vous mettent en transe : le sublime "The Dragster Wave", l'incontournable "Mine", le magnifique "21 Century Crooner", ... et j'en passe.
Tous ces morceaux créent une atmosphère musicale qui vous entoure, vous étouffe puis vous libère, vous projette loin de votre salon, ou de votre siège de métro.
La musique de ces 5 garçons prend une vraie valeur en concert, on ferme les yeux, on oublie tout, on sent juste la musique passer à travers soit !

Vraiment, un album sympa !
Sympa   14/20



Posté le 10 juin 2005 à 18 h 33

Alors on peut dire que cet album commence en beauté! "blow" est tout simplement un petit bijoux de surprise tantôt planant tantôt électrique on passe par toutes les émotions! Ce morceau place directement le décor. Ambiance un peu glauque et électrique!
Mais les deux suivantes sont moins passionnante un peu lassante avec de longue interlude pas mal mais trop monotone.
Ensuite on trouve "do you read me" qu'on ne présente plus! Une petite mélodie entraînante et un accompagnement assez simplet, elle ne révolutionnera pas le rock mais a l'avantage d'être efficace!
On retrouve ensuite le vrai Ghinzu avec "'til you faint" une belle intro avec une ligne de basse entraînant et un synthé qui nous installe directement dans cette ambiance propre à Ghinzu. Mais encore une fois le manque de diversité nous endort quelques peut . . . on ouvre un oeil pour "the dragster-Wave" qui démarre sans se faire remarquer pour terminer avec un superbe final, quand on entend un final pareille, on vois se qu'est Ghinzu tout y est réuni petite mélodie au synthé et un accompagnement sympa et un chant qui s'accélère et qui nous fait tourner la tête.
On attend la 9ieme chanson et on retrouve "21st century crooners" qui se garde bien ne nous réveiller mais qui reste néant moins très jolie, mais sans plus. Mais c'est pour mieux nous surprendre car après on retrouve "Mine" qui est nettement plus entraînant, début dansant et plutôt calme, une belle explosion et c'est parti tout le monde est belle et bien éveiller et bat la mesure en leur compagnie.
Et on termine par une chanson plus calme et nostalgique rien a dire ils savent faire passer l'émotion.

En résumer, on aura tous senti l'influence de Muse dans la façon de chanter et dans les mélodies au synthé ou encore à la basse néanmoins Ghinzu est plus qu'un reflet de Muse, il ne faut pas en douter, plus d'instrumental et plus dans l'émotion ils sont plus varier néant moins certains titres restent très calme et plutôt monotone. Ils leur reste à mûrir et à mieux utiliser leurs beaux passages instrumentaux comme ils le font si bien dans "blow" ou encore dans "the dragster-Wave" mais il n'y a aucun doute, ils savent faire passer des sentiments car Ghinzu c'est un tout une ambiance, une musique qui nous fait ressentir quelques choses, une musique qui s'écoute de l'intérieur.
Sympa   14/20



Posté le 17 novembre 2005 à 18 h 17

Ceux-là, on peut dire qu'ils m'ont bien eu !
Si on m'avait demandé mon avis il y a un an (quand je l'ai découvert) j'aurais sans doute dit : 'Yep ! Excellent !'. Mais 1 an après ça sonne creux.

Le titre qui ouvre l'album est fabuleux, tout comme "Cockpit Inferno" et sa rythmique électro infernale. Il y a bien "Do You Read Me", très accrocheur, réussi et devenu le tube de Ghinzu. Mais voila c'est bien a peu prés tout !
Les instrumentaux de "21st Century Crooners" sont ratés, "Til You Faint" ne me touche plus, certains titres qui pouvaient faire tirer une larme n'émeuvent plus.
Le talent d'écriture est réel, la musique est assez personnelle (même si sous forte évidente influence) mais l'ensemble n'est pas très cohérent.
Il manque peut être pas grand chose pour obtenir quelque chose de très bon, mais çà manque ! On peut rêver des grandes chansons aventureuses, soit ce sera sur le prochain disque soit j'oublierai vite Ghinzu.

On dit que les grands disques laisse une empreinte, celle de Blow a durée quelques mois, ce qui n'est pas franchement l'éternité. Vous savez ce qu'il faut en conclure !

Un disque beaucoup écouté, peut être trop!
A éviter   6/20



Posté le 25 avril 2006 à 23 h 09

Difficile de rester objectif devant tant de talent. Autant d'ambiances différentes dans un même album sans jamais partir dans le n'importe quoi, je dis chapeau bas.
Comment ne pas adhérer de suite à ce Blow qui ouvre le bal par une monté en puissance progressive et ravageuse, ou bien ce "Do You Read Me ?" qui ferait palir de jalousie un Elvis en moins bouffi... Puis survient le planant "Jet Sex" trop court tant on décolle dans cette ambiance limite Pink Floydienne... Gare les OVNI sont lachés "Cockpit Inferno" et "'Til You Faint", deux bombes au son urbain et déjanté presque oppressant...
La grâce de ce skeud c'est bien entendu ce "The Dragster-wave", le John est sous l'empire d'une susbtance illicte quand il écrit et compose...
Dois-je continuer pour vous convaincre ? Jusqu'au bout et son génial "Sea-side Friends" qui clôt ce chef-d'oeuvre de la musique rock vous ne sortirez pas indemne de ce Blow, à jamais comme une référence dans notre discothèque.
Non mon ami, la Belgique n'est pas qu'un pays à frites, elle regorge de putains de bon groupes que la France devrait envier...
Intemporel ! ! !   20/20



Posté le 14 avril 2007 à 10 h 53

Le second album de Ghinzu semble diviser les chroniqueurs. Pour ma part Blow est un album dans l'ensemble réussi. Le problème de cet album est qu'il combine plages un peu commerciales avec des morceaux qui sont géniaux. Je vais alors détailler toutes les chansons.
Tout d'abord "Blow" qui est un morceau qui commence très lentement et qui ne cesse de monter en puisance. Cette chanson semble d'ailleurs un pont entre le premier album Electronic Jacuzzy et Blow car le premier album est beaucoup plu sage et calme que celui-ci. Cette montée en puissance montre donc l'évolution qui caractérise Blow.
Ensuite "Do You Read Me ?" et la on s'attaque au problème de cet album car cette chanson (qui permit au groupe de se faire connaitre du grand public) est très simple et à mon gout un peu trop commerciale.
Bref passons à "Jet Sex" où on retrouve un Ghinzu très simple et efficace dans une chanson mélancolique sympathique.
"Cockpit Inferno" est une chanson beaucoup plus pop qui se rapproche de la pop anglaise comme Muse ce qui est un peu dommage il faut le dire.
On passe à "'til You Faint" qui est monstrueuse car c'est une plage musicale très rapide et simple qui redonne du mouvement à cet album, et qui finit par un refrain répété qui donne un aspect chaotique à cette chanson.
Puis "The Dragster Wave" qui est une chanson calme et mélancolique pour constraster avec la précédente plage. Mais cette chanson est réussie car elle donne la part belle aux instruments qui distillent une mélodie entêtante.
Avec "My Sweet Love", Ghinzu retombe dans une facilité qui nuit à cet album avec un piano-voix sans relief.
"High Voltage queen" est une chanson qui est plus optimiste que les deux précédentes et qui monte au fur et à mesure pour une chanson assez sympa.
Ensuite avec "21 Century Chrooners", Ghinzu fait une chanson géniale car c'est une nouvelle plage uniquement instrumentale (reprise par une pub) qui obéit à une réelle progression avec l'ajout d'instruments progressivement et qui jouent de plus en plus fort.
En ce qui concerne "Mine", Ghinzu signe une de ses meilleures chansons avec une mélodie explosive grâce à l'énergie du chanteur et un refrain instrumental. Une très grande réussite. Une chanson qui redonne de l'énergie.
Avec "Horse", une plage instrumentale, Ghinzu signe un morceau sympa et intimiste avec des sons très électro auxquels s'ajoute un piano des plus classiques.
Enfin "Sea Side Friend" qui est le chef d'oeuvre de cet album et qui cloture Blow. La chanson commence avec une voix trafiquée qui scande les maux d'aujourd'hui dans une atmosphère très malsaine. Puis la chanson devient mélancolique avec le refrain "Love, Love Me" que le chanteur chante magnifiquement bien et une composition simple et géniale.

En résumé un album où se cotoie des chansons absolument géniales avec d'autres qui sont nettement moins bien réussies. C'est donc un peu dommage mais dans l'ensemble un album résussi.
Très bon   16/20



Posté le 22 septembre 2008 à 22 h 29

Un quintette belge avec des moumoutes, un premier album qui en avait charmé plus d'un... et un retour qui fait du bruit! Le premier morceaux, "Blow" est sans aucun doute le meilleur. Le groupe installe ses ambiances, développe ses mélodies et finit sur une polyphonie complexe mais où l'harmonie vous emprisonne, vous fait tellement planer qu'on est souvent obligé de réécouter le morceau entier. Puis vient (sur la version française en tout cas, différente de l'originale belge) un diptyque de chansons, ou plutôt deux fois la même chanson, mais traité entièrement différemment. La première fait ressortir le côté crooneur de John Stargasm, la deuxième évoque la folie des lives qui sentent bon la moule-frites (pour pas tomber dans les clichés) ! Puis le tube "Do you read me?"; très bien écrit, joué avec enthousiasme, on se laisse séduire et on s'éclate pendant 4 minutes."Til' you faint" par contre vous laissera de marbre. Au mieux vous fera taper du pied, mais c'est franchement dispensable. Deuxième longue pièce de l'album, "The Dragster Wave" captive par ses ambiances, tour à tour intrigantes puis explosives, par sa partie centrale aux claviers et par ses textes inspirés. Comme "Blow", c'est du très bon et on en redemande. La ballade/poésie "Sweet love" fait retomber la tension; trop peut être, pas aussi réussi que les chant/piano de "Electronic Jacuzzi". "High voltage queen", "21st century crooners" et "Mine" assurent la suite du show, avec un groove très bien senti et des mélodies sympathiques. L'instrumental "Horse" n'a pas grand intérêt, fait partie de ces titres qui plombent un peu l'album. Le final "Sea-side friends", une sorte de "Citizen Kane" en chanson clôture bien ce deuxiéme opus, bon mais mitigé : parfois un rock de Muse sous morphine ou alors sans intérêt, parfois des mélodies imparables interprétée à la perfection.
Reste à attendre le troisième, qui sort dans quelques temps. Espérons qu'il regroupe les qualités des deux premiers opus, sans leurs défauts.
Parfait   17/20







Recherche avancée
En ligne
126 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
En concert, tu n'aimes pas :