Emilie Simon

Strasbourg [Halle Rhénus, Festival Les Artefacts] - vendredi 28 avril 2006

Festival les Artefacts, vendredi en fin d'après midi, je quitte la petite scène où s'excitent trois Japonaises et un Japonais en bas résilles et en robes de vinyles pour me diriger vers la grande. Emilie apparaît, toute de noir vêtue, et la vulgarité fait place à la grâce. Elle est là, timide et rayonnante, envoûtant de son sourire la foule amassée.
La musique démarre et le charme opère instantanément. Cette fois-ci elle est entourée d'une vraie formation, mêlant samples et bidouillages électroniques, instruments acoustiques improvisés, violoncelle, piano et guitares électriques. Les titres, de l'album Végétal essentiellement, s'enchaînent avec une orchestration maligne et surprenante, les boucles électroniques n'étant qu'un élément d'un ensemble. Cela donne un aspect très "organique" à la musique, baladant le public en travers des ambiances tour à tour chaleureuses, mélancoliques ou oniriques.
Emilie a beaucoup de présence sur scène, utilisant, avec beaucoup de malice, sa fragilité et sa timidité apparentes, passant d'un instrument à l'autre avec une facilité et une grâce déconcertante.
Je retiens particulièrement le très émouvant "Annie" et le magnifique "Swimming" dans une version époustouflante. A noter également une reprise surprenante de "I Wanna Be Your Dog", et c'est vrai qu'ils étaient nombreux dans le public à vouloir crier ce refrain à la belle Emilie. C'est vrai qu'on est loin de l'approche plus expérimentale de la tournée précédente, mais qu'importe, l'émotion est au rendez vous.
Ce moment magique de pure grâce, a fait de cette première journée de festival, avec les concerts magnifiques de Dominique A et Sylvain Chauveau, un événement rare et exceptionnel.


Exceptionnel ! !   19/20
par SUPERCOINCOIN


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
107 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Slammez-vous pendant les concerts ?