Arctic Monkeys

Bruxelles - Belgique [Botanique] - mardi 28 février 2006

J'attendais ce concert avec impatience. On a eu beaucoup de chance en achetant les places dès leur mise en vente, car quelques jours après, la salle était déja remplie; c'est d'ailleurs le cas pour la plupart des salles de la grande tournée Arctic Monkeys - plus de 60 dates en Europe et aux Etats-Unis entre février et mai. C'est énorme pour un groupe de si jeune carrière, qui a impressionné la scène rock du monde en entier en entrant et en explosant dans les charts, et en flirtant avec les records de vente de disques. Donc au niveau studio, rien à redire, ils déchirent.
Je ne demandais qu'à voir ce qu'ils valent en live.

Après une première partie (Mystery Jets) qui a bien fait son boulot de chauffeur de salle, avec leurs riffs violents, leurs airs déjantés et leurs voix gueulardes arrivent les Arctic Monkeys.
Déja, leur arrivée est un peu moyenne, et loin d'être impressionnante, malgré les cris de groupies en furie. Ils sont plus que nonchalants et j'ai plus l'impression d'être en face des pseudo-cools des classes inférieures de mon lycée que face à la relève du rock britannique.
Sans un mot, ils commencent à jouer les quelques riffs qu'ils connaissent qui mettent la foule en délire. Ils commencent directement par quelques-uns de leurs meilleurs morceaux ("I Bet You Look Good On The Dancefloor", "From The Ritz To The Rubble",...) et le public est chaud à point.
Y'a pas à dire, Arctic Monkeys ça fait bouger et ça fatigue les mollets. Mais on dirait que le seul mouvement vient de la foule elle-même et que sur scène rien ne se passe. Alex Turner se contente de chanter les chansons qui sont sur sa playlist et ne donne rien au public: il nous marmonne quelques mots à peine, ne réagit pas aux appels du public (des chaussettes lui sont même lancées à la figure), ses yeux sont aussi vides que sa bière. Aucun effort n'est fourni de la part du groupe qui joue seulement les chansons de l'album avec les quatres riffs qu'il contient; quand on joue sur des Fender à 1000€ on peut faire l'effort d'en faire un peu plus.
Les autres membres du groupe semblent tout aussi absents que le chanteur, ne regardent que leur cordes et sont plus figés que mes baffles lorsqu'ils jouent Arctic Monkeys.

Donc le live n'apporte rien de plus (sauf les pogos), ces jeunes ne font plus aucun effort, en croyant leur public déja conquis.
Leur musique est aussi bonne en live qu'en album, donc autant en rester à l'album, pour ceux qui aiment bien sûr.


Pas mal   13/20
par Simuse


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
228 invités et 1 membre :
RPollard
Au hasard Balthazar
Sondages
Combien dépensez vous par mois pour vos disques