Múm

Glasgow - Royaume-Uni [The Tramway - Tryptich Festival] - mercredi 28 avril 2004

Après une prestation à couper le souffle de Animal Collective, les membres de Mùm se préparent, s'organisent, créant des jeux d'ombres et de silhouettes qui s'entrecroisent sur la scène. Leur matériel installé, le groupe constitué de 7 personnes entame leur show intimiste. Loin d'être une experte en Mùm, je me suis tout d'abord retrouvée agréablement submergée par la vague douce et onirique de leur musique. Malheureusement, je suis sortie de ma torpeur au troisième morceau et c'en était finit du charme "mùmien"! Impossible de me replonger dedans, j'ai donc subit le reste du concert, attendant patiemment la fin et regrettant la fougue d'Animal Collective. Je crois que ceux qui ne sont pas vraiment convaincus par les albums de Mùm ne le seront certainement pas davantage en les découvrant sur une scène. L'étrangeté des instruments utilisés (une sorte de scie jouée à l'archet ou bien un hybride violon à vent) ne suffisent pas à réprimer mes bâillements devant un spectacle chiant (disons-le).


Pas terrible   9/20
par Luìs


 Moyenne 13.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 24 mai 2004 à 18 h 25

Après une première partie ravageuse de Animal Collective (offrant ce soir un concert particulier,sauvage, sans repère, le groupe s'étant fait voler une partie de leur matériel la veille), la troupe Mùm s'intalle au grand complet (dont notamment une fille blonde, jouant du violon, de la guitare qui n'était pas présente au concert parisien) sur l'immense scène du Tramway. Ce qui choque d'entrée, c'est le son sublime, meilleur que lors des concerts passés (notamment celui du Café de la Danse une semaine plus tôt). Il ne nous en faut pas plus pour nous plonger dans l'univers de Mùm. Dès " Weeping Rock, Rock", on est transporté ailleurs. Le groupe va jouer des versions sublimes, sur le fil, de la quasi intégralité de "Summer make Good" : comment resister à la noirceur de "The Ghost You Drown On My Back". Contrairement au show parisien, on ne distingue pas grand monde sur scène, et la musique est la quasi-seule accroche, on peut donc facilement s'y perdre. Pourtant quand le groupe se lance dans le terrifiant "And Now There's That Fear Again" : on touche au sublime, le summum du concert.
L'intensité aura malheureusement du mal à revenir au niveau de ce titre, même si le groupe clôture sur le toujours magnifique "Green Grass Of Tunnel".
Peut-être pas le meilleur concert de Mùm en terme de prestation pure, mais le son était ce soir tellement parfait, englobant réellement le spectateur, que l'on n'oublie les deux trois morceaux un peu ratés.
Parfait   17/20





Recherche avancée
En ligne
130 invités et 1 membre :
Jekyll
Au hasard Balthazar
Sondages
Les Pochettes de disques, elles vous font quel effet ?