Powersolo

Paris [La Mécanique Ondulatoire] - dimanche 19 mai 2013

En clôture d'une tournée franco-suisse, le Powersolo a réalisé le show parfait et le plus accompli de son histoire parisienne, selon de très nombreux habitués de ses performances, présents ce soir là.
Dans l'absolu, chaque concert du duo fraternel des échalas jutlandais est une jubilation. Mes chroniques de monomaniaque du pawasala ont tenté de le démontrer.
Ce qui distingue ce groupe de toute la concurrence, c'est le professionnalisme que mettent les frères Jeppesen à élaborer une progression musicale savante, mixant les morceaux attendus impatiemment par le public ("Asshole", "Mean Old Cat", "Katnizer"...) avec les géniales compositions de leurs projets récents, Railthin' Brothers ou futur album de Powersolo ("Tweety Bird", "Sloppy Bird", "Don't Hate Me Baby"...).
Est-il utile de rappeler que les deux frangins sont des amis et des compagnons de route de Jon Spencer,de Heavy Trash, du Reverend Beatman, de King Khan?
On comprend bien pourquoi.
Comme d'habitude donc, les prouesses vocales de Kim Kix, héraut héroïco-érotique du rock, 1er ministre de l'attaque sonique, planent sur la foule médusée. Son frère, l'Atomic Child, cisèle ses riffs d'un air satanique. Leur batteur du moment, le gigantesque Runimal, écrase le silence avec la furie d'un troll sous aquavit.
Ce qui a distingué ce concert de tous les précédents concerts parisiens du POWERSOLO, ce n'est pas l'énorme main de l'Atomic Child (conséquence d'une allergie? excès libertins?), ce n'est pas la descente vertigineuse des lascars en matière de whisky... C'est l'impression que le show ne finirait jamais (près de 2 heures de concert), comme envoûtant spectateurs et musiciens dans la même spirale de folie. Le portage de Kim Kix par la foule, aller-retour vers le bar au fond de la salle, la cérémonie de prosternation de la dite foule (certes pas molle) orchestrée par KK, les nombreux rappels, l'exceptionnelle disponibilité du trio pour discuter avec les amis ou/et spectateurs après le concert et jusqu'à pas d'heure...
Un concert exceptionnel, devant des spectateurs exceptionnels, voila qui pourrait résumer mon propos...
Des photos démontreront ces assertions pour qui voudrait les vérifier.


Exceptionnel ! !   19/20
par Talldwarf


  Setlist

Pirates of the Oblivian
Baby you ain't looking right
Elvin D. Jerk (part2)
Elvin D. Jerk (part1)
Kat Nazer
Don't hate me baby
hillbilly child
Agile, Mobile and Hostile
Step Back
Booty Smoke
Sloppy Bird
Messerschmidt
Tweety Bird
Asshole
Where you gonna Go?
Got no Fear
Canned Love
NASCAR
Mean Old Cat.


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
90 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Les téléchargements et vous...