Mount Eerie

Budapest - Hongrie [Toldi Mozi] - vendredi 26 février 2010

 Mount Eerie
Il y avait de quoi avoir quelques inquiétudes quant à la venue de Mount Eerie à Toldi Mozi. C'est-à-dire que présenter le folk dépouillé de Phil Elvrum dans un cinéma (et donc tout ce que celà implique) transformé pour l'occasion en salle de concert, ce n'est pas forcément ce qu'il y a de plus excitant : places assises donc, mais surtout sièges rembourrés... dans le noir... à écouter du folk ?!? N'y a-t-il pas ici un risque évident de se laisser submerger par le sommeil ? Surtout après quelques bières ingurgitées voire même quelques palinkas éventuellement...

Bref, c'était le principal souci qui m'occupait avant l'entrée en scène de No Kids (combo canadien poppy mièvre insupportable et calamiteux. No comment) : l'ennui qui pourrait montrer le bout de son nez.
Une courte pause après No Kids et voici Phil Elvrum et sa bande (qui compte d'ailleurs 2 membres des affreux No Kids - comme si ma peur de l'ennui et de l'endormissement n'étaient pas suffisants ! Effroi !) installent le matériel et débutent dard dard.
Et fort heureusement, mes doutes vont bien vite s'estomper : alors oui bien évidemment Mount Eerie n'a pas changer son fusil d'épaule et continue à évoluer dans une veine définitivement folk dans l'esprit, mais surtout, le groupe armé de deux batteurs, va largement agrémenter ses morceaux de passages noisy qui seront les bienvenus. Mount Eerie peut faire du folk certes, mais surtout Mount Eerie peut également faire du bruit ! Le quintette va donc dérouler une bonne partie de son dernier album en date Wind's Poem et démontrer par la même occasion que les passages "bruitistes" (notez les guillemets : effectivement tout est relatif) ont toute leur place dans le folk dépouillé et souvent austère) de Phil Elvrum (qui sera muni tout le concert de sa guitare électrique) à l'image de certaines introductions de chansons menées tambours battants par les deux batteurs bien heureux de se montrer à leur avantage. D'ailleurs Wind's Poem sera donc logiquement l'album le plus mis à l'honneur : entre "My Heart Is Not At Peace", "The Mouth Of Sky" ou "Summons" : Mount Eerie démontrera que les décharges d'électricité entrevues sur disque prennent littérallement toute leur ampleur sur scène.

Un peu à l'image de Six Organs Of Admittance quelques mois plus tôt, au même endroit, Mount Eerie va faire la démonstration qu'un groupe à l'origine estampillé "folk" ou lo-fi peut se rendre passionnant en incorporant dans sa musique des fulgurances électriques.
Si l'ennui était me principale peur peu avant ce concert, mes doutes auront été bien vite balayé par un Phil Elvrum talentueux et finalement passionnant.


Très bon   16/20
par X_Jpbowersock


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
103 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Pour toi, la réponse à la grande question sur la Vie, l'Univers et le Reste est :