Manic Street Preachers

Futurology

Futurology

 Label :     Columbia 
 Sortie :    lundi 07 juillet 2014 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Ah les Manics ! La simple évocation du groupe me renvoie aux grandes heures deGeneration Terrorist et d'Everything Must Go et finalement à un groupe dont je pensais que les heures de gloire était bien loin derrière.

Pourtant en y regardant de plus près, le groupe a toujours été actif. C'est juste moi qui les avais oublié, bien aidé en cela par les quelques écoutes de Journal For Plague Lovers qui m'avait laissé de marbre. Pourtant ce groupe va renaître comme il l'avait déjà fait en 1995 avec la disparition de leur leader. Tout ce qu'on aime dans la musique des Manics est de retour : l'énergie, le lyrisme, les allégories politiques et sociales qui saisissent au détour de quelques immenses titres. Mais mieux encore Futurology étonne. En allant chercher des influences partout en Europe, il mélange du Bowie en berline avec du Eno et du chant en allemand. Le titre le plus marquant en première écoute est dû au chant d'une actrice allemande "Europa Geht Durch Mich" sur fond de clavier qui envoie du gros. Plus fort encore il arrive à faire des titres incroyablement entraînant qui nous renvoie droit à leurs albums des années 90. "Walk Me To The Bridge" et "Misguided Missile" auraient sans doute été des tubes dans une époque plus propice au rock. Les claviers ont juste pris le devant sur les guitares. Futurology est bien comme son nom l'indique un album orienté vers le futur et non vers la nostalgie.

Ça sonne Manic Street Preachers tout en se renouvelant. C'est l'effet inattendu du retour inattendu au somment d'un groupe duquel on pensait tout connaitre. A l'image d'un Let England Shake de la PJ ou d'un The Next Day du Bowie, le vrai bon album qu'on attendait plus, ce qui le rend d'autant plus jouissif.


Très bon   16/20
par Chaurionde


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
440 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?