Indian Jewelry

Free Gold

Free Gold

 Label :     We Are Free, Lovepump United 
 Sortie :    mardi 20 mai 2008 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Avec Free Gold, Indian Jewelry ,groupe parmi les plus allumé de la scène néo-psyché américaine, s'aventure sans ambages dans des territoires shoegaze. Mais un shoegaze des plus fumeux donc, et qui doit sans doute beaucoup aux Spacemen 3, avec en plus l'originalité d'être d'être teinté de digressions sonores tout azimut, empruntant tant à l'atonalité de la noise qu'au mysticisme sixties (percussion ragga, volutes étendues de notes de guitares, fuzz, effets sonores style bandes inversées etc ).
La dimension shoegaze du propos est aussi, largement renforcée par un chant, féminin ou masculin, généralement en retrait,parfois en avant ("Pompéii") mais toujours plus ou moins vaporeux ,souvent malaxé voire écrasé ("Walkin On The Water"), et parfois ultra marqué par la réverb' ( "Seasonal Economy").
Mais loin de se cantonner à des effets de guitare, Free Gold joue aussi sur la dimension spatiale de notes de synthétiseurs et autres bidouillages électroniques ("Syllabic Viagra" ), pour un effet qui tient même parfois du drone ("Bird Is Broke", "Seventh Heaven" ...). Le groupe développera d'ailleurs cette dimension électronique dans le suivant album de 2010, Totalled.
Les mélodies sont bien présentes et aguicheuses mais aussi insidieuses, comme étouffées , ne souhaitant pas se dévoiler totalement, générant une certaine appréhension et un certain mystère.
Les percussions, qu'elles soient issues d'éléments naturels ou synthétiques jouent également un rôle déterminant en apportant, sur certains morceaux, une dynamique à une musique qui sans cela resterait plutôt molle, en raison de son caractère ultra défoncé ("Hello Africa" qui n'est pas sans évoquer les Talking Heads)! Cet aspect de la dynamique percussive, parfois même martial et indus sera, lui aussi, poussé plus en avant dans Totalled.
Free Gold, au delà de ses influences shoegaze sent tant la poussière stoner du désert sous un soleil écrasant et le crotale qui rôde que la pénombre rafraîchissante de la mélancolie psychédélique du Pink Floyd période Meddle ("Everyday") qu'une certaine noirceur du post-punk le plus allumé et expérimental des années 80, dans la lignée d'un Psychic TV ou d'un Cabaret Voltaire .
Ce second album confirme qu'Indian Jewelry, par son extrémisme musical et son sens de l'expérimentation, fait partie des groupes les plus authentiquement originaux et étonnants de ces dernière années.


Très bon   16/20
par Slowdown


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
156 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Les concours sur XSilence, vous en pensez quoi?