St. Vincent

Actor

Actor

 Label :     4AD 
 Sortie :    lundi 04 mai 2009 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

La belle Annie Clark/St. Vincent revient en 2009 avec Actor, un album influencé comme son titre l'évoque par le cinéma. Après la tournée pour Marry Me, elle se repose en regardant de nombreux films/dessins animés... Enfin elle pensait se reposer car arrive là l'envie d'écrire un nouvel album. Un projet avec, selon ses dires, des chansons inspirées de certaines scènes de dessins animés tel Blanche Neige ou encore le film Le Magicien d'Oz.

On peut donc s'attendre à une ambiance plus fantaisiste, à un peu plus de gaieté dans son mélange de pop rock, jazz, folk, blues, électro-orchestrale. En apparence seulement alors, car il ne faut surtout pas oublier que miss Clark a un univers bien à part et a surtout tendance à jouer avec les contraires. L'innocence est bien présente au travers de belles mélodies délivrées par les cuivres et cors ainsi que grâce à sa voix angélique, mais l'agressivité et une certaines noirceur ne sont jamais très loin. Ainsi "The Strangers"/"The Neighbors"/"Black Rainbow"/"Marrow" illustrent bien ces changements entre tendresse et brutalité au sein d'un même titre, que ce soit entre couplets/refrains ou une simple montée en crescendo, qui se finit par une implosion sous la direction de sa guitare saturée. Les contraires sont aussi visibles au niveau des paroles, on passe du rêve au cauchemar, du subtile au dérangeant et du sexe à la violence.
Au niveau des arrangements, Annie est encore plus ambitieuse, expressive et intelligente. Son joujou favori c'est de mélanger les rythmes dans une chanson, pour un résultat stupéfiant. Ce n'est pas non plus du rock progressif, mais on y ressent une certaine influence dans le côté déstructuré de certaines chansons qui restent cependant d'une grande homogénéité. "Save Me From What I Want" et surtout "Marrow" en sont les parfaits exemples. Cette dernière est d'ailleurs une véritable prouesse, un condensé en 3min24 de tout son univers et que dire de cette guitare ! Un jeu brutal et saccadé servant un riff excessivement efficace qui lorgne vers Jack White. On passe du calme à l'explosif en visitant l'hypnotique. Sa guitare accompagnée d'effets et d'un synthé va aussi vous entrainer dans une forte excitation à l'écoute du single imparable "Actor Out Of Work".
Le côté folk/acoustique est encore présent sur cet opus comme en témoigne la magnifique "Laughing With A Mouth of Blood" et "The Bed" qui tend un peu plus vers l'orchestrale. Par contre dans le genre piano-voix, "The Party" s'en sort mal. Ce morceau n'arrive pas vraiment à rester captivant sauf pour la dernière partie qui devient orchestrale, ce qui amène un changement agréable mais non suffisant pour sauver le tout. Quant à la chanson "Just The Same But Brand New", elle aurait dû être placée en clôture car elle est parfaite dans ce rôle. Son final instrumental aurait été la parfaite conclusion, mais malheureusement il y a la courte "The Sequel" qui arrive et même si elle est très belle, l'effet aurait mieux fonctionné en piste cachée par exemple.

Au final, Actor se révèle encore plus captivant et ambitieux que le premier album.


PS: Si vous voulez vivre une expérience renversante, allez regarder sa performance de "Black Rainbow" accompagné par Andrew Bird au violon: frissons garantis !


Parfait   17/20
par Beckuto


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
218 invités et 1 membre :
Peterblake
Au hasard Balthazar
Sondages
Tu as le droit d'effectuer un seul voyage spatio-temporel, où est-ce que tu vas ?