Two Gallants

The Bloom And The Blight

The Bloom And The Blight

 Label :     ATO 
 Sortie :    lundi 24 septembre 2012 
 Format :  Album / CD   

Sortez les chapeaux de cow-boy, car Two Gallants est de retour. Certes, le chapeau a accumulé la poussière dans votre étagère pendant 5 ans, et vous ne vous attendiez pas à le ressortir de si tôt puisque le dernier disque, sobrement intitulé Two Gallants, sonnait comme un album de fin de carrière. Mais une tournée des californiens en 2011 avait rallumé la flamme, et ils y avaient annoncé et joué un album à venir.

L'album à venir, le voilà. The Bloom And The Blight, donc, littéralement la floraison et la rouille (maladie végétale) dans la langue de Molière. Un titre poétique qui renoue avec la tradition des précédents, et tranche donc avec la sobriété de l'album éponyme.

Sur scène, les morceaux semblaient tous énergiques et inspirés : et bien l'écoute du disque le confirme. Pour témoin, la batterie de Tyson Vogel que l'on se prend en pleine face à peine passée l'intro de "Halcyon Days". Sortez également vos chemises de bûcheron, car nouveauté, le jeu de guitare d'Adam Stephens est presque systématiquement appuyé par une disto qui montre que les deux compères ont bien grandi dans les années 90.
Et oui, cet album marque le retour du punk dans leur musique, ce qui lui confère une énergie et une hargne qu'on ne retrouvait que rarement en studio ("Las Cruces Jail" ou "Fail Hard To Regain" étaient des exceptions), mais qui étaient systématiquement de mise sur scène. Du coup, ce disque est certainement ce qu'il y a de plus proche d'une performance live de Two Gallants.

Bien sûr, on reste dans un univers folk, avec quelques ballades de rigueur ("Broken Eyes" ou "Decay"), même si ce qui fait l'intérêt du groupe à mon avis, c'est surtout le jeu monstrueux de son batteur. Du coup les morceaux uniquement acoustiques ne parviennent pas à égaler le tube "My Love Won't Wait", le somptueux "Winter's Song", ou l'excellent "Ride Away", surtout que la plupart des morceaux électriques jouent sur les variations de rythme et ont souvent leurs accalmies.

Alors qu'on pouvait les croire moribonds, Two Gallants revient donc en grande pompe en nous offrant peut-être enfin l'album tant attendu, celui qui retranscrit enfin ce qu'on ressent en les voyant sur scène. Leur meilleur ?


Parfait   17/20
par Blackcondorguy


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
171 invités et 1 membre :
Toitouvrant
Au hasard Balthazar
Sondages
Tu as le droit d'effectuer un seul voyage spatio-temporel, où est-ce que tu vas ?