Cranes

Self-Non-Self

Self-Non-Self

 Label :     Dedicated 
 Sortie :    lundi 09 novembre 1992 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Self-Non-Self des Cranes a tout pour séduire les amateurs des années 80. Batterie électronique, sons synthétiques à foison, le groupe semble digérer l'héritage batcave tout en intégrant des plans proches du rock industriel et du post punk, comme dans "Heaven Or Bliss" par exemple.
Les guitares grésillent, la basse est froide, métallique, sèche. Le chant d'Alison, déformé par la reverb, se veut lointain, distant, épuré, réduisant ses mélodies au strict minimum ("Joy Lies Within"). Pour ceux qui ne connaissent que la partie la plus récente de la discographie des Cranes, cela a de quoi déstabiliser.
On découvre donc une facette du groupe beaucoup plus dure, mais il serait inexact de dire que la verve est juvénile. Les ambiances de "Beach Mover" sont celles que l'on retrouve chez les formations du label "Cold Meat Industry" et le discours global est au minimalisme rock. Les morceaux brefs et tendus (trois minutes en moyenne), aux lignes de basses répétitives ("Focus Breath") et puissantes, forment l'ossature de "Self-Non-Self".
"Nothing In The Middle Nothing At The End" ferme un album aussi glacial qu'une chambre froide sur des faux airs de Dead Can Dance première époque. Une chose est sûre, si l'on n'aime pas le Cranes de la fin des 90's, il faut quand même tester celui des débuts, et si l'on aime, on a déjà sûrement cet album chez soi !


Bon   15/20
par Arno Vice


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
114 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Finalement, au vu des projets nés après leur désunion, vous êtes très content qu'ils aient splité:


At The Drive-In
Atari Teenage Riot
Big Black
Black Flag
Diabologum
Faith No More
Fu Manchu
The God Machine
The Murder City Devils
Refused