Bonnie Prince Billy

Beware

Beware

 Label :     Drag City 
 Sortie :    mardi 17 mars 2009 
 Format :  Album / CD   

Cru 2009 du countryman à moustache, moins d'un an après Lie Down In The Light, Beware n'a pourtant pas à nous avertir de quoi que ce soit. En tout cas, pas qu'on a affaire à une purge, ni à un coup de maître. Le prince Bill est en vitesse de croisière sur presque tout le disque, et se laisse porter par son talent. Décevant pour les sportifs, délicieux pour les pantouflard. Ce coup-ci, c'est les doigts de pieds en éventail sur le porche de la baraque, avec les potos pour accompagner, et basta ! On se croirait en famille, à chanter du traditionnel toute la journée en regardant le soleil de plomb parcourir le ciel... Il y a bien de petites escales, mais qui se compte sur les doigts du pied en éventail... C'est un peu plus électrique sur le lent "My Life's Work" ou le collégial "I Am Goodbye", plus mystique avec "There Is Something I Have To Say", ou plus nerveux sur le festif "You Don't Love Me" et ses cuivres et cordes déchaînés... Mis à part les habituelles prouesses de raffinement auxquelles nous a habitué Oldham, il faudra en tout honnêteté pousser jusqu'au fond du disque pour un réel moment de grâce. La composition finale, "Afraid Ain't Me", arrive un peu tard pour éveiller davantage les sens. Son riff acoustique ultra-efficace, ses percussion envoûtantes, son chant mystique, son violon en second couteau, ses vents gourmands, sa progression épique... Tout ce qu'on attendait de Will Oldham, un peu de magie. Un titre qui laisse présager du meilleur pour nos oreilles, pour peu que le zicos hyperactif sache équilibrer quantité et qualité...

R.A.S.


Pas mal   13/20
par X_YoB


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
121 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
On vient de te dire que le morceau que tu as encensé est l'œuvre du groupe que tu conchies le plus