Ufomammut

Eve

Eve

 Label :     Supernatural Cat 
 Sortie :    mercredi 05 mai 2010 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Eve n'est un ni plus ni moins qu'un disque d'ambiances et d'atmosphères. Certes, Ufomammut est un groupe savant dans l'exercice du mélange de doom et de sludge, mais là où le trio italien excelle véritablement, c'est dans l'art de créer et surtout jouer avec les atmosphères aussi épaisses soient-elles (épaisses, c'est rien de le dire tant la musique apparaît tellurique). Bref, Ufomammut s'évertue à perpétuer la tradition d'un sludge lourd et massif.
Nos Italiens ne sont d'ailleurs plus des débutants en la matière. Après 4 albums de bons et loyaux services en faveur du doom, du sludge et du stoner, c'est qu'ils commencent désormais à connaître leur affaire. Et manifestement, ils ne comptent pas s'arrêter en si bon chemin.

Mais attention, Eve n'est pas qu'un mur de son parsemé de larsens et d'infrabasse 45 minutes durant, non, ce cinquième album ne se vautre pas dans les clichés. Ufomammut sait prendre son temps, et faire monter la sauce tout doucement avant de s'aventurer dans des contrées typiquement sludge. Eve est bien plus subtil qu'il n'y paraît. Le premier morceau pose les fondations de l'album : Ufomammut va lentement, mais Ufomammut va sûrement. Long crescendo atmosphérique de près d'un quart d'heure, cette longue introduction à l'univers d'Eve commence doucement avant de prendre de l'assurance et de l'ampleur, pour s'en finir non pas dans un prévisible déluge de décibels, mais dans une tensions extrême portée par ces riffs de bûcherons lents et terriblement massifs et compacts. C'est d'ailleurs l'apanage de trois des cinq morceaux présentés ici ("I", "II" et "V"): le trio choisit de débuter presque timidement mais en imposant une ambiance presque malsaine ; chacun des morceaux gagnant progressivement en puissance afin de terminer dans un final souvent dantesque mais toujours
Heureusement, avec "III", le trio nous fait gagner du temps et démarre comme terminait "II", dans un sludge tout ce qu'il y a de plus gras ! "IV" fonctionnera d'ailleurs selon ce même principe.
Aussi à l'aise dans les morceaux les plus courts et plus directs que dans les morceaux aux longs cours, Ufomammut découvre ici toute sa palette de talents, et témoigne si besoin était de toute l'efficacité de sa dextérité, aussi pachydermique soit-elle !


Bon   15/20
par X_Jpbowersock


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
183 invités et 2 membres
Poukram
X_Wazoo
Au hasard Balthazar
Sondages
Les téléchargements et vous...