Neurosis

Souls At Zero

Souls At Zero

 Label :     Alternative Tentacles 
 Sortie :    mardi 21 avril 1992 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

"Still cold. So cold". "No seed will grow of this barren earth. Our hope unborn has died". Dès le début, la tribu Neurosis nous invite à la suivre dans son voyage à travers un immense désert battu par des vents glaciaux, en quête d'une vie meilleure qu'évidemment, personne ne trouvera, chaque pas arrachant aux exilés leurs dernières forces. Le profond harassement d'une interminable marche dans une étendue hostile nous parvient ici sous la forme de rythmes et de riffs exécutés avec une implacable précision. Ce ne sont pas les plus impressionnants qui soient, mais leurs assauts répétés finissent par submerger l'auditeur, le terrassant d'une lourdeur sans nom. Une autre guitare, plus électrique, accompagne la procession, comme une nuée d'éclairs déchirant un ciel de plomb. Dans ce chaos permanent que des interludes acoustiques ne parviennent guère à dissiper, une voix nous parvient dans toute sa hargne. Bien au-delà du désespoir, elle n'est plus que l'incarnation d'une rage aveugle pour la survie, bien que parfois rappelée à de déchirantes bribes d'humanité.
À l'écoute des deux premiers albums de Neurosis, Pain Of Mind et The Word As Law, pas grand-chose ne laissait deviner l'orientation qu'allait prendre le groupe, achevant de déblayer un chemin que tant d'autres formations s'empresseront de suivre. Si on pouvait déjà trouver dans The Word As Law un penchant pour l'expérimentation et la fusion de différents genres, c'est bien avec Souls At Zero que le groupe californien trouve son style. Le moins qu'on puisse dire, c'est que cette musique nous vient tout droit des tripes des gars de Neurosis, qui déballent ici tout, absolument tout. La richesse et la complexité des compositions est affolante, les introductions, l'arrivée d'instruments un peu plus particuliers (flûte, violon, alto, violoncelle, trompette), le chant hurlé, les guitares monstrueuses, tout est parfaitement agencé, mais sans jamais en avoir vraiment l'air. La production n'est d'ailleurs pas fantastique, et cela fait évidemment partie d'une volonté de livrer une œuvre très travaillée mais pas trop, encore rugueuse à de nombreux endroits... Souls At Zero est un inépuisable voyage vers l'apocalypse, dont chaque seconde fait frémir. Tant de noirceur, si peu d'espoir...


Exceptionnel ! !   19/20
par Jumbo


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
231 invités et 2 membres
Gary Appleseed
EmixaM
Au hasard Balthazar
Sondages
Fermez les yeux, je vous dis "Musique", vous voyez :