The Psychedelic Furs

All Of This And Nothing

All Of This And Nothing

 Label :     Sony 
 Sortie :    jeudi 04 août 1988 
 Format :  Compilation / CD  Vinyle  K7 Audio   

On ne mesure pas encore bien aujourd'hui l'impact de ce groupe anglais majeur dans ce qui est notre musique contemporaine. Mais qu'importe, voilà un groupe singulier, imprégné de références importantes, voire arty, qui navigua entre New Wave et Rock au sens plus large du terme, reposant sur la voix unique de Richard Butler, des compositions soignées, des recherches de sons particuliers, des textes travaillés empreints de mélancolie... Quoi de mieux pour découvrir ce groupe, que de commencer par une compilation des meilleures années de ce combo (1980-1987) ? Oui cela peut paraître une bonne idée lorsqu'on sait que les 5 albums de ces années recèlent quelques autres perles. On commence par "President Gas" et sa basse entêtante, sa guitare tout en riffs soignés et cette voix mélodieuse qui fait toute la différence... "All That Money Wants" est pour beaucoup de fans et de critiques le dernier coup d'éclat de ce groupe, faisant partie du mini lp portant le même nom... Il faut dire que le mélange de deux jeux de guitares clair comme de l'eau de roche d'un coté et bruitiste de l'autre est un vrai régal. "Imitation Of Christ" fait la part belle au saxophoniste Duncan Kilburn, sa présence étant le signe d'un particularisme affiché et une volonté de citer parmi leur influence des groupes comme Magazine. "Sister Europe" est un monument, guitare flangérisée, tempo lent, basse rampante et saxo mélodieux, une vraie synthèse de Velvet Underground et de David Bowie. "Love My Way" est sans aucun doute le hit de ce groupe, le tout porté par des passages de batterie martiale, des chœurs aériens, du xylophone omniprésent. Comment ne pas dodeliner la tête à l'écoute de cette chanson, c'est pour moi impossible... "No Easy Street" est poignant, le texte triste étant porté aux nues successivement par le saxo, un jeu de guitare en apesanteur et des synthés précieux. Cry like A baby, cry like a lady... "Highwire Days" peut sembler un ton en dessous après ces six premiers titres intemporels, avec ce son de batterie électronique. Mais la qualité du chant et la présence de cordes sauvent les meubles. "She's Is Mine" est beaucoup plus ramassé, porté par une basse ronde et des chœurs mélodieux. "Dumb Waiters" est beaucoup plus brutal par des parties de cuivres étouffantes, à la limite de la rupture pendant que les guitares s'affolent en arrière plan. "Pretty In Pink" est un autre sommet du groupe, avec un texte exceptionnel et une rythmique entrainante. "The Ghost In You" peut sembler désuet avec ces synthés très datés années 80, mais lorsque la mélodie décolle, plus rien ne semble l'arrêter vers des horizons lointains, aériens et intemporels... "Heaven" est une chanson qui met très en avant la qualité du chant de Butler, avec des guitares très claires, formatées pour le marché américain de l'époque. "Heartbreak Beat" est le seul morceau ressortant du lot de l'album "Midnight To Midnight", grâce notamment à des cuivres imposants et des synthés portant l'édifice... Cette compilation se termine bien évidemment par "All Of This And Nothing", rencontre étonnante entre une guitare cristalline et saxo dans un premier temps avant démarrage de l'ensemble du groupe, voix placardisée, guitare tendue, percussions diverses et un final surprenant martelé par une basse musclée.
Quel voyage de découverte pour les non avertis. De quoi donner envie d'approfondir certains autres opus de ce groupe disparu de la circulation mais qui reste, du moins pour moi, une des figures musicales emblématique des années 80.
La carrière du groupe ne s'arrêta pas là bien sur, mais la suite fut beaucoup plus bancale, allant du meilleur : l'album World Outside au pire relatif : Books Of Days.


Excellent !   18/20
par Foreth


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
343 invités et 1 membre :
Arno Vice
Au hasard Balthazar
Sondages
Les Pochettes de disques, elles vous font quel effet ?