Smog

Wild Love

Wild Love

 Label :     Drag City 
 Sortie :    1995 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Bill Callahan va mieux. Merci pour lui. Est-ce l'amour (Cynthia Dall est créditée pour son "invaluable guidance") ?
Nous ne le saurons jamais ... Cet album sonne comme une renaissance, ou plutôt comme du Callahan sortant la tête de l'eau juste avant que ça se passe mal...pour mieux pouvoir replonger. Si l'on excepte "Bathysphere", hit incomparable, improbable et imparable, aucune composition ne se détache réellement. La force de cet album repose une une impression générale de fragilité, d'introspection et de bonheur...


Très bon   16/20
par Poupin'X


 Moyenne 17.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 21 janvier 2006 à 10 h 33

Chronique certes intéressante mais qui ne rend pas justice à ce très grand album de Smog. Cet album est un album de malade, de quelqu'un qui sort tout juste de l'autisme et découvre le contact avec les autres. Un disque de psychotique, qui nous fait découvrir sa réalité et franchement c'est carrément flippant. Une écoute prolongée de cet album atteint gravement l'auditeur qui risque d'y perdre le peu qui lui reste de raison, sa folie transpire à tous les niveaux et atteint son point culminant sur un "Prince Alone In The Studio" d'anthologie, mélange de Morricone et de Syd Barrett sous acides. Certes Callahan s'ouvre sur l'extérieur avec cet album mais il ouvre surtout une brèche sur son cerveau malade qui avant cela nous était hermétiquement fermé. En cela c'est déjà une grande victoire et un grand disque. Hormis avec The Doctor Came At Dawn, Red Apple Falls et Kicking A Couple Around, il n'a depuis jamais fait mieux.
Excellent !   18/20







Recherche avancée
En ligne
168 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?