Crowpath

Son Of Sulphur

Son Of Sulphur

 Label :     Willowtip 
 Sortie :    mardi 22 novembre 2005 
 Format :  Album / CD   

Alors là, il faut saluer l'effort ! Avec Son Of Sulphur, Crowpath réussit à publier un album encore plus violent que leur (déjà ultra-violent) premier album Red On Chrome ! Ces types-là sont insatiables et intarissables: ils semblent nourrir une hargne et une rage phénoménales. Red On Chrome aurait dû les calmer après un tel déversement de puissance et de fureur, et bien non ils reviennent donc plus impitoyables que jamais et la résultat va être ô combien sanglant...

Douze titres ici flirtant comme à l'accoutumée avec la demi-heure, mais quelle demi-heure ! Voici donc 30 minutes d'une noirceur insondable où le chaos côtoie la violence et où le désespoir s'acoquine avec le mal-être.
Techniquement parlant, le quatuor est une nouvelle fois au sommet de son art. Dans une veine finalement très proche de Dillinger Escape Plan (sur le plan technique donc), Crowpath se porte garant d'un grindcore glauque et malsain dont la seule prétention semble être de tout exploser sur son passage, telle une machine de guerre intraitable. Les Suédois ne laissent rien au hasard et c'est d'ailleurs un peu le problème: à trop vouloir faire dans la surenchère, on risque de s'y perdre quelque peu. Le problème c'est qu'ils en mettent partout ! Le batteur est un véritable monstre tentaculaire insatisfait: ses breaks sont impressionnants, ses roulements de fous furieux sont légions, et le nombre de patterns différentes qu'il est capable d'intégrer dans un morceau de 2'30" laisse sans voix. Et cette constatation est valable pour chacun d'entre eux, si bien que Son Of Sulphur s'élève comme une véritable masse compacte, brute (et brutale) de technicité mêlée de violence exubérante. Alors si Crowpath réussit tout de même à éviter l'indigestion du fait de la qualité de ses compositions, on n'en est tout de même jamais loin !
Ensuite, reste un album qui étincelle par sa noirceur impénétrable, à l'image du génial "The Lycanthrope" durant lequel le groupe ralentit le rythme et se fait sans doute plus inquiétant qu'il ne l'a jamais été, sorte de Khanate en version destroy. On n'entre pas dans l'univers de Crowpath sans en subir les conséquences: voilà quel pourrait donc être le crédo de cet album.

Espérons seulement que la suite s'annonce tout de même plus accessible, parce qu'avec Son Of Sulphur, le grindcore ne s'est peut-être jamais montré aussi féroce et aussi sanguinaire...


Très bon   16/20
par X_Jpbowersock


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
424 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Les Pochettes de disques, elles vous font quel effet ?