Sneaker Pimps

Splinter

Splinter

 Label :     Clean Up 
 Sortie :    mardi 10 août 1999 
 Format :  Album / CD   

Sneaker Pimps, c'est l'association idéale entre une pop aux accents synthétiques et une sorte de nouveau psychédelisme, dont le groupe a le secret.
Sur Splinter, Chris Corner, l'un des deux compositeurs attitrés du premier album Becoming X, se met au chant après avoir licencié la chanteuse Kelly Dayton... C'est pourtant elle, avec sa voix acide et enfantine, qui avait offert le succès au groupe en 1997 !
Un choix étonnant donc, un véritable suicide commercial, mais qui se révèle finalement providentiel : on sent Chris Corner véritablement possédé par ses paroles abstraites et sombres, et cela donne un cachet évident aux compositions du groupe.

Mais Splinter c'est aussi et avant tout un son. Les claviers, omniprésents, sont magiques, et le son de batterie inoubliable. Les guitares alternent la saturation et l'acoustique la plus pure, les mélodies sont dépouillées et superbes... Les anglais posent ici les bases d'une nouvelle musique, lyrique, aérienne, et pourtant diablement efficace.

A ce jour, Splinter est le meilleur album du groupe ; sans conteste un monument de l'électro pop.


Exceptionnel ! !   19/20
par Jekyll


 Moyenne 17.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 11 septembre 2008 à 20 h 27

Disparu l'esprit trip-hop du premier album, envolée la chanteuse Kelli Dayton, sur ce Splinter les Sneaker Pimps se décident à entreprendre un virage electro-pop, avec aux commandes le talentueux Chris Corner.

Et le moins que l'on puisse dire c'est qu'il s'agit ici d'un revirement plus que maîtrisé, plus que réussi. Une production de très grande qualité où la quasi-totalité des titres frappe d'entrée et reste en tête pendant un bon moment.
Le chant de Chris Corner amène quant à lui une pointe de romantisme, voire à quelques moments un certain lyrisme. Une tonalité aussi bien en phase avec les deux énormes hits "Low Five" et "Superbug" qu'avec les mélodies plus froides, plus touchantes "Flowers & Silence" et "Splinter", tout en passant par des petits bijoux d'electro-pop tels que "Lightning Field" et "Curl". A noter, tout de même, l'apparition d'intonations vocales à la Brian Molko qui viennent à quelques reprises entacher ce charme...

Mais passons, car dans l'ensemble Splinter reste un album parfaitement maîtrisé, un très grand disque d'electro-pop annonçant les prémisses du parcours solitaire de Chris Corner alias I Am X.
Bon   15/20







Recherche avancée
En ligne
132 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Tu as le droit d'effectuer un seul voyage spatio-temporel, où est-ce que tu vas ?