Mondo Generator

A Drug Problem That Never Existed

A Drug Problem That Never Existed

 Label :     Ipecac 
 Sortie :    mardi 15 juillet 2003 
 Format :  Album / CD   

Ah ce cher Nick Oliveri ! Un sourire qui donne envie de lui faire un gros bisou ! Un rire tellement contagieux ! Des paroles à mourir de rire ! Cet homme là mériterait d'être envoyé au paradis des dieux du rock ! Vous l'aurez compris tout le rend attachant. Ecoutez un de ses disques pendant vos jours de déprimes... et toutes vos angoisses envolées ! Mondo Generator est son bébé. Son seul échappatoire aux trop médiatisés Queens Of The Stone Age. Aujourd'hui remercié par son compère Josh pour on ne sais quelle raison, Nick n'a plus d'autre possibilité de s'exprimer musicalement qu'à travers ce side-project devenu un vrai groupe maintenant ! Intéressons nous maintenant à ce 2ème volume, paru en 2003, en pleine explosion stoner !

Cet album au titre explicitement mensonger (allez Nick on le sais tous), est tout bonnement le meilleur du groupe a ce jour au niveau originalité, créativité et composition. Après un "Cocaine Rodeo" ennuyeux à la longue, Mondo Generator signe le second LP, chez Ipecac cette fois (d'où la belle pochette). D'emblée on sait qu'on va en prendre plein les oreilles. la majorité de l'album est résolument punk à souhait, stoner punk on pourrait dire. Le son est parfait et la production a su garder l'énergie délivrée par les compositions d'excellente qualité. Des titres complètement punks ("Fuck You I'm Free", "Me and You", "Junior High Love"), des titres d'esprit queensien ("So High, So Low", "Open Up And Bleed For Me") mais aussi des superbes perles acoustiques ("Day I Die", "All I Can Do") et même quelques inclassables ovnis ("Girls Like Christ"). Tout pour plaire ! C'est qu'il s'est déchainé notre cher Nick pour nous pondre ces pures merveilles. De la pop au stoner metal on aurait pu croire que cet album serait destiné à l'echec. Car a vouloir faire trop varié on peut parfois se planter. Et c'est là que le bat blesse : malgré les différents styles abordés, on constate une incroyable unité dans le son. C'est ce qui rend cet album si particulier. Varié, péchu et original, on ne saurait que trop le conseiller.

Si vous appréciez les Queens Of The Stone Age, et particulièrement les compositions de Nick Oliveri ("Autopilot", "Another Love Song", "Quick And To The Pointless", etc...), vous aimerez à coup sûr cet album, sorti dans la foulée de Songs For The Deaf. Pour moi la meilleure galette de Mondo Generator !


Parfait   17/20
par Boys24


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
172 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Fermez les yeux, je vous dis "Musique", vous voyez :